Les syndicats déplorent l'accent mis sur les économies — Assurance-chômage

Chômage: Pôle Emploi développe les entretiens par visioconférence

Assurance chômage: entre 3 et 3,9 milliards d'économies

Les efforts demandés à l'assurance chômage sont importants: le gouvernement souhaite que les partenaires sociaux, gestionnaires de l'Unédic, trouvent 1 à 1,3 milliard d'euros d'économies par an pendant trois ans, soit 3 à 3,9 milliards d'euros en trois ans.

Le document de cadrage de la négociation, dont ils ont eu les grandes lignes vendredi, sera remis la semaine prochaine, ont précisé les partenaires sociaux.

Pour justifier son objectif, le ministère a rappelé la dette de l'Unédic qui a atteint 35 milliards d'euros. "C'est une réforme à l'envers: on part d'un objectif budgétaire", a dénoncé Jean-Michel Pottier (CPME), qui s'est dit "extrêmement inquiet".

" L'état d'esprit, c'est des économies, des économies, des économies ", et " 1,3 milliard d'économies sur le dos des chômeurs", ça veut dire " une baisse généralisée des droits ", a tempêté Michel Beaugas, secrétaire confédéral de Force ouvrière.

Le gouvernement a réclamé vendredi que la future négociation sur l'assurance chômage permette de réaliser de 3 à 3,9 milliards d'euros d'économies en trois ans, ce que les partenaires sociaux ont dénoncé comme une "logique uniquement budgétaire". Mais elle a dans le même temps, elle aussi, fortement critiqué les économies " extrêmement conséquentes " demandées, en particulier le ciblage par le gouvernement des droits rechargeables.

Patronat et syndicats gèrent paritairement l'assurance chômage, à travers l'Unédic.

"Il faut accélérer le désendettement de l'Unedic, pour lui permettre d'assurer sa fonction de protection des demandeurs d'emploi en cas de retournement de la conjoncture économique", insiste-t-on au ministère du Travail (ici la ministre Muriel Pénicaud). "Donc si on lutte contre la précarité, en même temps on rend moins fragile le dispositif", a-t-elle fait valoir sur LCI. Actuellement, il permet, à quelque 800.000 personnes en moyenne par mois, de toucher une allocation chômage et un petit salaire.

" L'enveloppe financière d'économies est la seule chose qui compte pour le gouvernement ", a déploré Denis Gravouil, chargé de l'assurance chômage à la direction de la CGT.

Aujourd'hui les règles peuvent faire que toute votre vie au lieu de vous aider à vous en sortir, on peut être toute sa vie dans un système où on a une assurrance chomage et être appelé à tout moment pour faire un job très court. En outre, les partenaires sociaux sont invités à se pencher sur la question de la responsabilisation des entreprises pour lutter contre les contrats courts, un sujet très sensible pour le patronat.

Dernières nouvelles