Pyrénées-Atlantiques : l'introduction de deux ours fait polémique

Manifestation des anti ours le 29 août dernier. Les éleveurs béarnais ont jeté du sang devant la mairie d'Etsaut

Manifestation des anti ours le 29 août dernier. Les éleveurs béarnais ont jeté du sang devant la mairie d'Etsaut

Des agriculteurs discutent le 20 septembre, les fusils sur une table, alors que se tient une réunion sur la réintroduction de deux ourses dans les Pyrénées occidentales.

En Mai 2018, Nicolas Hulot alors ministre de la Transition Ecologique et Solidaire lançait un " Plan ours ", projet de réintroduction de deux femelles d'origine slovène dans les Pyrénées occidentales, afin de pérenniser l'espèce en France.

François de Rugy a précisé par la suite que cette réintroduction serait effective "au début du mois d'octobre". En préambule d'une réunion en préfecture, le ministre "a dit qu'il y aurait la réintroduction de deux ourses", a affirmé devant la presse Étienne Serna, maire d'Aramits, dans les Pyrénées-Atlantiques, et porte-parole d'un collectif d'opposants. "Cela sera fait dans la période prévue pour cela, au début du mois d'octobre (...) avec la Slovénie, notre partenaire", a-t-il ajouté.

La fronde des bergers.

François de Rugy, qui devait ensuite tenir une conférence de presse, rencontrait une soixantaine d'élus, éleveurs et associations sur cette question très sensible dans la région.

"À quoi bon discuter puisque la décision est déjà prise". Cette annonce n'a pas plus aux opposants du projet qui ont quitté abruptement une réunion sur le sujet.

Au même moment, à 40 km, dans le village d'Asasp-Arros, porte d'entrée de la vallée d'Aspe, quelque 200 éleveurs et bergers, qui avaient refusé d'aller rencontrer le ministre, se sont rassemblés pour redire qu'ils refuseraient "par tous les moyens" la réintroduction des ours. "On veut protéger nos troupeaux, donc c'est ce qu'on fera ", a lancé à une assistance chauffée à blanc, Olivier Maurin, éleveur président de l'Association pour le développement durable de l'identité des Pyrénées (ADDIP)". Nombre d'acteurs locaux espéraient que le nouveau ministre y renonce, notamment des bergers qui craignent pour leurs troupeaux, tout en mettant souvent l'accent sur les attaques de loups.

Le Ministre François de Rugy sera à Pau, ce jeudi matin, pour évoquer le dossier de l'ours en Béarn (Photo DR).

Dernières nouvelles