Cour suprême: la femme qui accuse le candidat de Trump

Cette sénatrice américaine demande aux hommes

Mazie Hirono sénatrice d'Hawaï a exhorté les hommes de la commission à"faire ce qu'il faut pour que ça change.Plus

Dès le lendemain, les sénateurs, qui ont pour mission de valider les nominations à vie à la Cour suprême, ont convoqué les deux protagonistes pour une audition devant leur commission judiciaire. Les républicains semblent en effet décidés à avancer vite, alors qu'elle ne souhaite pas témoigner avant jeudi.

"À l'expiration du délai, les avocats de M Blasey Ford ont qualifié la requête républicaine d'" arbitraire", dans une réaction diffusée par CNN. Donald Trump manifeste sa profonde "incompréhension" du "traumatisme" des victimes, a taclé le chef des sénateurs démocrates Chuck Schumer.

"Si les attaques avaient été aussi graves que ce que dit le Dr Ford, il y aurait eu une plainte d'elle ou de ses parents aimants", a tweeté le président.

La chercheuse en psychologie Christine Blasey Ford, 51 ans, affirme que le juge Brett Kavanaugh, 53 ans, l'a agressée sexuellement lors d'une soirée au début des années 80, ce que le magistrat dément formellement.

"En reprochant à la femme accusant son candidat à la Cour suprême d'avoir attendu des années pour porter plainte, Donald Trump a déclenché vendredi une mini-tempête sur Twitter, faisant du mot-clé "#WhyIDidntReport" ("Pourquoi je n'ai pas porté plainte") le cri numérique du jour aux Etats-Unis.

Pour la Maison blanche, les juristes tentent de retarder la procédure de confirmation du juge Kavanaugh qui dément les accusations de Christine Blasey Ford et s'est dit prêt à être lui aussi interrogé sur ce sujet.

Selon le ministère de la Justice, près de 325.000 personnes ont été victimes de viol ou d'agression sexuelle en 2016 mais seuls 22,9% des cas ont été rapportés à la police. Soucieux de ne pas s'aliéner l'électorat féminin à quelques semaines d'élections législatives à haut risque, le président Trump, pourtant prompt à rembarrer ceux qui se dressent sur son chemin, n'avait jusqu'ici pas critiqué nommément Mme Blasey Ford. "Dans un futur très proche, le juge Kavanaugh siègera à la Cour suprême", a assuré vendredi le numéro un du Grand Old Party au Sénat Mitch McConnell.

La semaine dernière, Dianne Feinstein, une élue démocrate a transmis au FBI des informations potentiellement explosives.

À la suite à des fuites dans la presse, elle est sortie de l'ombre à contrecœur dans une interview au Washington Post.

Dans son témoignage initialement paru dans le Washington Post, Christine Blasey Ford avait expliqué que Brett Kavanaugh et un ami, "complètement ivres", l'avaient coincée dans une chambre, plaquée sur un lit et avait cherché à la déshabiller, avant qu'elle ne parvienne à s'enfuir. Après quatre jours d'hésitation, Mme Blasey Ford a fait savoir qu'elle souhaitait être entendue, mais à certaines conditions.

Elle souhaite également que sa sécurité soit assurée. Elle est devenue "la cible d'un harcèlement féroce et même de menaces de mort", déplorent ses avocats, si bien que l'enseignante à l'université de Palo Alto (Californie) a été contrainte de déménager avec sa famille. Plus de 200'000 dollars ont été levés en 48 heures via une plate-forme sur internet pour l'aider à assumer les coûts de sa sécurité, a expliqué à l'AFP Heidi Feldman à l'origine de cette initiative.

La Cour suprême tranche sur les sujets les plus sensibles: l'avortement, les armes à feux, l'environnement ou encore le mariage homosexuel.

Dernières nouvelles