Manuel Valls "ne connaît pas Barcelone" (Puigdemont)

Valls à l'Assemblée nationale le 20 juin

Valls à l'Assemblée nationale le 20 juin

Manuel Valls a officialisé sa candidature à la mairie de Barcelone, en Espagne, mardi 25 septembre. Après un temps sérieux de réflexion, j'ai pris la décision suivante: "je veux être le prochain maire de Barcelone", a-t-il déclaré en catalan.

Ira? Ira pas? Difficile de prétendre qu'il y avait encore beaucoup de suspense sur la une candidature de Manuel Valls à la mairie de Barcelone. L'ancien Premier ministre devrait être la tête de liste de Ciudadanos, parti de centre-droit anti-indépendance catalane.

Manuel Valls sur le point de franchir le pas?

Cela suffira-t-il pour succéder à l'actuelle maire de gauche, l'ancienne militante du droit au logement Ada Colau, à la tête de la ville depuis juin 2015?

S'il n'a pas encore dévoilé son programme, Valls, qui a été élevé à Paris par un père catalan et une mère italo-suisse et naturalisé français à 20 ans, pourrait tenter d'incarner une Barcelone cosmopolite face au nationalisme catalan.

Les appels à la démission de l'ancien socialiste se sont ainsi multipliés ces derniers jours.

Désormais se pose la question de ses chances de succès. Ministre de l'intérieur, Premier Ministre, il a aussi eu des responsabilités locales.

C'est la fin d'un (faux) suspens de plusieurs mois.

"C'est une candidature qui chamboule" le paysage politique, estime pour sa part Joaquim Coll, historien et analyste politique proche de Valls, qui juge son pari "risqué" mais pas "suicidaire".

Les élections municipales se font au scrutin proportionnel en Espagne, obligeant les partis à des tractations après le vote. Pour préparer sa campagne, il a aussi recruté Pasqual Maragall, ancien responsable de la communication du FC Barcelone.

Figure clivante en France, Manuel Valls suscite aussi le rejet chez certains Barcelonais, en particulier dans le camp indépendantiste, qui ironise sur sa méconnaissance de la ville.

Dernières nouvelles