Euro 2024: l'Allemagne désignée comme pays organisateur

Euro 2024: l'Allemagne désignée comme pays organisateur

Euro 2024: l'Allemagne désignée comme pays organisateur

Entre Ankara et Berlin, les sujets de friction n'ont pas manqué ces dernières années, du putsch manqué en 2016 contre M. Erdogan qui a reproché à l'Allemagne la timidité de son soutien, aux arrestations de ressortissants allemands en Turquie, dont des journalistes. L'Allemagne faisait figure de favorite mais son image a été écornée par les accusations de racisme lancées contre la Fédération allemande de football par Mesut Özil, qui, bruyamment soutenu par le président turc, s'est retiré de la sélection.

Coïncidence entre les calendriers diplomatiques et sportifs, c'est ce jeudi qu'Angela Merkel recevait son homologue turc pour une visite officielle de Recep Tayyip Erdogan à Berlin. "Je voudrais remercier le Comité exécutif de l'UEFA pour sa confiance incroyable et j'en mesure la responsabilité", a réagi M. Grindel, juste après la désignation de son pays. La finale est d'ores et déjà prévue à l'Olympiastadion de Berlin. La dernière grande compétition organisée par l'Allemagne était le Mondial-2006. La RFA a certes accueilli l'épreuve en 1988, mais c'était avant la réunification avec l'Est.

Jeudi, avant le vote, les deux candidatures ont effectué une ultime présentation devant le Comité exécutif. L'UEFA a choisi le dossier présenté par la Fédération allemande. 18 ans après une Coupe du monde qui avait fait l'unanimité.

Mais ceci semble avoir peu pesé dans un vote au résultat sans équivoque face à une candidature turque qui soulevait trop d'interrogations.

Il y a quelques semaines, la DFB avait annoncé que Philipp Lahm serait à la tête de l'organisation de l'Euro 2024, à la condition, bien-sûr, que l'Allemagne soit choisie. Nous n'avons rien perdu en tant que pays.

L'Euro 2024 réunira 24 sélections pour 51 rencontres disputées dans dix stades, dont l'Allianz Arena de Munich et le Stade olympique de Berlin.

La question syrienne sera aussi au coeur des échanges entre les deux pays, qui accueillent à eux deux plusieurs millions de réfugiés syriens et veulent éviter de nouveaux afflux de migrants.

Dernières nouvelles