Une étrange concentration de bébés nés sans bras ou mains — Ain

Pixabay

Des bébés sans bras dans l'Ain: l'organisme qui enquête bientôt fermé?

Une équipe de journalistes de France 2 s'est rendue sur place, à la rencontre des familles, mais aussi du Remera, une structure de vigilance qui recense les malformations physiques en région Rhône-Alpes, à l'origine de l'alerte.

Pour l'heure, on ignore à quoi sont dues ces malformations. Les médecins n'ont pas d'explication et l'anomalie ne serait pas génétique, ni liée à des prises de médicaments, ou de drogue. Leur fils Ryan, 8 ans, est né sans main droite. Entre 2009 et 2014, sept enfants sont nés avec ces malformations, 58 fois plus que la normale selon les résultats de l'enquête. "Le seul point commun, c'est qu'elles habitent toutes en zone rurale, au milieu de maïs et de tournesols", indique Emmanuelle Amar, épidémiologiste et directrice générale du Remera, au micro de France 2. À la naissance, "j'ai pleuré, forcément".

"Compte tenu de la nature du problème détecté et de ses répercussions sociétales, en termes de craintes des populations concernées, une vigilance renforcée semble nécessaire", précise cependant Santé Publique France. "Et mon mari est tombé dans les pommes".

La structure Remera, précédemment évoquée, pourrait néanmoins disparaître, les subventions publiques ayant été stoppées.

Entre temps des médecins de Bretagne et des Pays de la Loire ont alerté à leur tour les autorités. Quant à l'autre financeur de l'organisme, l'Inserm, il estime que l'apport du Remera à son travail de recherche scientifique est trop faible pour justifier d'un soutien financier. "Les conséquences sont très simples, c'est la fin de la surveillance des malformations, c'est-à-dire clairement la fin de l'alerte aussi", explique l'épidémiologiste laissant clairement entendre que le mystère ne sera sans doute jamais résolu. Là-bas aussi, sept enfants seraient nés sans bras en quelques mois seulement autour de deux villages. La région Auvergne Rhône Alpes, qui cofinançait, ne s'en occupe plus.

Dernières nouvelles