Elon Musk sanctionné par le gendarme boursier américain — Tesla

Elon Musk se retire du conseil d'administration mais reste directeur général de Tesla.                  REUTERS  Patrick T. Fallon

Elon Musk se retire du conseil d'administration mais reste directeur général de Tesla. REUTERS Patrick T. Fallon

Ce sont les termes de l'accord à l'amiable conclu entre le fondateur de Tesla, Elon Musk, et le gendarme de la bourse américaine (SEC), qui l'accuse de fraude, selon un communiqué de la SEC publié samedi.

En signant cet accord, Elon Musk sauve sa place de directeur général et évite un départ présenté par beaucoup d'investisseurs comme potentiellement dévastateur pour un constructeur qui accumule les pertes financières.

La route est toujours aussi sinueuse et chaotique pour Elon Musk. Selon les termes de l'accord rendu public le 29 septembre, la firme et lui-même devront également payer -chacun- 20 millions de dollars d'amende (soit 17,3 millions d'euros).

L'accord ne met pas fin, cependant, aux poursuites judiciaires engagées par certains investisseurs, qui ont été considérablement renforcées par la plainte de la SEC. Le document de la SEC précisait que Musk avait rencontré des représentants du fonds le 31 juillet et avait discuté de la manière dont l'entreprise pourrait être privatisée, bien qu'aucun engagement n'ait été pris et qu'aucun chiffre n'ait été discuté.

Le 7 août, le milliardaire avait créé la stupeur en affirmant dans un tweet, en pleine séance, qu'il voulait retirer son groupe de la cote à Wall Street lorsque l'action atteindrait 420 dollars (plus de 361 euros) et qu'il avait pour ce faire déjà sécurisé les financements nécessaires. Le titre Tesla s'était alors effondré immédiatement abandonnant quelque 14% lors de la séance boursière du lendemain.

Avec cet accord à l'amiable, Elon Musk doit quitter la présidence de Tesla, mais il peut conserver son rôle de dirigeant.

Douze minutes plus tard, le responsable des relations avec les investisseurs a envoyé un message au plus proche collaborateur d'Elon Musk lui demandant si cette annonce était " légitime", a ajouté la SEC.

"Je pense que cette issue est la meilleure pour toutes les parties concernées", a réagi Ivan Feinseth de Tigress Financial Partners, dont l'opinion à l'égard de Tesla est "neutre" et qui qualifie la décision de la SEC de "tape sur les doigts" d'Elon Musk. Né il y a 15 ans, le constructeur profite largement de l'engouement de nombreux investisseurs pour la personnalité d'Elon Musk.

Dernières nouvelles