Londres traitera les Européens comme les autres immigrés après le Brexit

Brexit: plutôt pas d'accord qu'un mauvais compromis, prévient Londres

Theresa May: "Londres traitera les Européens comme les autres immigrés après le Brexit"

Dans les faits, cela permettra au Royaume-Uni de combler les manques à certains postes qualifiés et surtout, de ne pas empêcher les Britanniques d'avoir accès aux emplois demandant moins de compétences qui pouvaient être occupés par les étrangers.

La Première ministre britannique a fait allusion aux nouvelles règles que Londres appliquera en matière d'immigration après le Brexit. Une décision qui est tout sauf une surprise puisque, à l'époque de la campagne en faveur du Brexit, Theresa May s'était engagée à réduire le solde migratoire à 100.000 personnes ou moins par an, contre 273.000 en 2016. "Ce nouveau système permettra de réduire l'immigration des personnes peu qualifiées ", a encore promis la cheffe de l'exécutif dans un communiqué.

"Nous quittons l'Union européenne pour de bon, pas seulement sur le papier", doit-il dire devant le Parti conservateur réuni en congrès à Birmingham (centre de l'Angleterre), selon des extraits de son intervention transmis à l'avance à la presse. Les visas délivrés aux étudiants ne seront pas soumis aux mêmes critères.Le ministre de l'Intérieur Sajid Javid a de son côté proposé une réforme du test que doivent passer les personnes souhaitant obtenir un passeport britannique, en y intégrant des références aux " valeurs britanniques ". Certes, a-t-il développé, il est peut-être utile de connaître le nom de la sixième épouse d'Henri VIII (Catherine Parr, NDLR). Downing Street a précisé qu'un Livre blanc sur l'immigration serait publié dès cet automne, tandis qu'un projet de loi sera présenté en 2019.

Par ailleurs, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a mis en garde le Royaume-Uni, mardi, contre un Brexit sans accord, après que les dirigeants européens ont rejeté le "plan de Chequers" présenté par la Première ministre Theresa May, lors du sommet de Salzbourg, le 20 septembre dernier.

Dernières nouvelles