Au congrès des Tories, Theresa May veut rassurer sur le Brexit

BREXIT LA GRANDE-BRETAGNE DIT QU'ELLE NE SE LAISSERA PAS TYRANNISER PAR L'EU

Theresa May défend son Brexit en dansant

Désireuse d'effacer le souvenir de son discours cauchemardesque de 2017, interrompu par des quintes de toux et l'effondrement d'une partie du décor, Theresa May s'est déhanchée sur Dancing Queen, tube du groupe suédois Abba, à son arrivée à la tribune du palais des congrès de Birmingham (centre de l'Angleterre). C'est une façon de répondre au virevoltant Boris Johnson, son rival au sein des tories.

Dans un discours qu'il prononcera mardi à Birmingham au congrès annuel du Parti Conservateur, et dont des extraits ont été transmis à la presse, l'ancien maire de Londres, à qui l'on prête l'intention de prendre la place de la Première ministre Theresa May, exhorte les membres de sa formation politique à rester fidèles aux "valeurs conservatrices".

" Je crois passionnément que le meilleur est à venir et que notre futur est plein de promesses", a-t-elle assuré".

Mme May a défendu son plan sur le Brexit, rejeté par l'Union européenne, soulignant qu'il était favorable à un accord de libre-échange qui prévoit des échanges de marchandises sans entrave.

Le Royaume-Uni "n'a pas peur" de quitter l'UE sans accord, a-t-elle fait savoir, ajoutant que "la résilience et l'ingéniosité" du peuple porteront le Royaume-Uni. La première ministre britannique sort temporairement renforcée mais son avenir reste compté.

Theresa May, qui ne dispose que d'une très courte majorité au Parlement grâce à l'appui du petit parti ultra-conservateur nord-irlandais DUP, est à la merci d'une rébellion de ses parlementaires, divisés entre tenants d'une rupture nette avec l'UE et défenseurs du maintien de liens étroits.

" C'est une ligne rouge, et elle est rouge écarlate", a-t-elle insisté sur la BBC.

Dernières nouvelles