Indonésie : 5 000 personnes disparues après le tsunami

Illustration

Illustration

Jusqu'à 5 000 personnes sont présumées disparues, après le séisme et le tsunami qui ont frappé, le 28 septembre, l'île indonésienne des Célèbes, a annoncé dimanche 7 octobre un porte-parole de l'agence de gestion des catastrophes.

Sutopo Purwo Nugroho a expliqué aux journalistes que ce chiffre était fondé sur les estimations des chefs de villages à Petobo et Balaroa, quartiers dévastés par la double catastrophe.

Jusqu'à présent, 1763 corps ont été retrouvés, selon le dernier bilan avancé près d'une semaine après le puissant séisme qui a touché l'île des Célèbes, en Indonésie. Une grande partie de ce quartier de Palu s'est enfoncée dans la terre comme aspirée, quand les secousses telluriques ont transformé le sol en sables mouvants, un processus connu sous le nom de liquéfaction.

À Balaroa, un vaste complexe de logements sociaux quasiment englouti par la boue, Gopal cherche des signes de son oncle et sa tante dans les débris.

Ces informations macabres ont été annoncées alors que les secours renforcent leurs efforts pour venir en aide à 200.000 sinistrés après des jours d'attente. Les espoirs de retrouver des survivants s'évanouissent, mais les autorités n'ont pas encore officiellement suspendu les recherches.

L'aide humanitaire commence à être déployée plus largement alors que des ONG et l'armée parviennent petit à petit à surmonter les obstacles logistiques.

Plus de 82 000 soldats et personnels civils, de même que la Croix-Rouge indonésienne et des bénévoles, sont déployés sur le terrain. Les dizaines de milliers de personnes qui n'ont plus de logement sont éparpillées à travers la région de Palu et au-delà.

"Il n'y a nulle part où se procurer de la nourriture, rien n'est ouvert", dit Sela Fauziah, 18 ans, qui patiente dans le marché central de Palu avec des centaines d'autres pour récupérer des aliments distribués par l'armée.

Simsom Mudju, un habitant de Lindu, est venu à Palu par hélicoptère pour alerter les autorités sur le sort de sa communauté.

Dernières nouvelles