Le président d'Interpol "soupçonné de violer la loi" — Pékin

Le président d'Interpol Meng Hongwei à Singapour le 4 juillet 2017

Le président d'Interpol Meng Hongwei à Singapour le 4 juillet 2017

Le président chinois d'Interpol Meng Hongwei, devant le quartier général de l'organisation, à Lyon le 8 mai dernier.

Plus tôt, l'épouse de Meng Hongwei, dont elle n'a plus de nouvelles depuis le 25 septembre, a affirmé le croire en danger.

Selon le ministère de l'Intérieur, Grace Meng, qui vit à Lyon avec leurs deux enfants, a été placée sous protection par la police française, après avoir signalé la disparition de son époux en faisant état de menaces qu'elle a reçues via les réseaux sociaux et par téléphone. Puis un second message est venu comprenant seulement un émoticôn signifiant une situation de danger. "Je ne suis pas sûre de ce qui lui est arrivé", a-t-elle répondu à des journalistes qui lui demandaient s'il avait été arrêté, avant d'apprendre qu'une enquête était ouverte en Chine contre son mari. Cette logique semble être à nouveau à l'œuvre, bien que cette dernière affaire risque d'avoir un retentissement d'une tout autre ampleur à l'international, du fait de la visibilité du poste de Meng Hongwei. Dimanche, lors d'une déclaration à la presse à Lyon, elle en a appelé à la communauté internationale. "C'est grâce à cela qu'il tiendra le coup", ajoute-t-elle.

Samedi, le secrétaire général d'Interpol, l'Allemand Jürgen Stock, avait demandé à la Chine "une clarification" sur la situation du président de l'organisation, âgé de 64 ans, qui n'a plus donné de nouvelles à sa famille depuis qu'il s'est rendu en Chine, le 29 septembre. "Tant que je ne vois pas mon mari en face de moi, en train de me parler, je ne peux pas avoir confiance", a confié l'épouse du président d'Interpol, .

Reste que le cas de M. Meng, qui a gravi les échelons de l'appareil sécuritaire chinois au temps où celui-ci était dirigé par un rival de Xi Jinping, est une première au sein de grandes institutions internationales.

En France, en 2015, l'homme d'affaires Mike Poon, alors au centre du rachat de l'aéroport de Toulouse-Blagnac, avait disparu des radars pendant plusieurs mois, expliquant à son retour avoir été interrogé dans le cadre d'une enquête sur le secteur aéronautique.

Grace Meng, l'épouse du président disparu d'Interpol. Ce rival, Zhou Yongkang, purge actuellement une peine de prison à perpétuité après avoir été condamné en 2015 pour corruption, abus de pouvoir et divulgation de "secrets d'État".

Dernières nouvelles