Nikki Haley, ambassadrice américaine à l'ONU, démissionne

Assassinat de Viktoria Marinova: des journalistes crient à l'intimidation                         En savoir plus

Assassinat de Viktoria Marinova: des journalistes crient à l'intimidation En savoir plus

Peu avant la rencontre au Bureau ovale, la rumeur de la démission de Nikki Haley avait déjà circulé dans les médias américains.

Nikki Haley, pour sa part, a déclaré qu'elle ferait campagne pour la réélection de Donald Trump à la présidence en 2020 après avoir encensé son administration qui a fait des États-Unis un " pays meilleur ".

Après l'arrivée à la Maison-Blanche du milliardaire, novice en relations internationales, elle avait occupé le devant de la scène diplomatique américaine, profitant de l'effacement médiatique du secrétaire d'État de l'époque, Rex Tillerson.

Malgré leurs différences de point de vue, Nikki Haley a défendu la politique étrangère de Donald Trump, notamment dans sa sévérité envers l'Iran et sa défense des intérêts d'Israël -comme l'installation de l'ambassade américaine à Jérusalem, ville reconnue capitale israélienne par le président américain, une décision qui avait provoqué une vague de condamnations à travers le monde.

L'ancienne gouverneure de Caroline du Sud avait été nommée à l'ONU quatre jours après l'investiture de M. Trump.

Nouvelle démission dans l'entourage de Donald Trump. "Nikki Haley est brillante, structurée, reconnaît Stephen Schlesinger".

Nikki Haley, 46 ans, est l'un des membres les plus populaires de l'administration républicaine.

"On ne peut plus avoir une discussion avec elle sans penser qu'elle vise un autre poste", résumait ces derniers mois sous couvert d'anonymat un de ses homologues au Conseil de sécurité.

Interrogée par Reuters, la diplomate, de passage à la Maison Blanche, a refusé de faire le moindre commentaire. "C'est d'abord la politique intérieure chez elle", confirme un ambassadeur sous couvert d'anonymat.

Les premiers mois aux Nations unies de l'ex-gouverneure de Caroline du Sud, sans expérience internationale, avaient été salués par ses partenaires, certains soulignant son "pragmatisme" face à des dossiers complexes.

En plus d'un an et demi à l'ONU, son fait de gloire reste d'avoir uni le Conseil de sécurité à trois reprises, en 2017, pour imposer des sanctions économiques sans précédent à la Corée du Nord.

Elle s'est aussi rendue sur le terrain, en Israël, au Soudan du Sud, en République démocratique du Congo ou en Amérique latine. Donald Trump avait de son côté tweeté qu'il allait faire une "grosse annonce " concernant Nikki Haley, il a finalement confirmé sa démission.

Dernières nouvelles