Philippe conforté, Macron sous pression — Remaniement

Richard Ferrand:

"Aujourd'hui nous devons davantage nous appuyer sur toutes les forces de progrès et de transformation, explique Richard Ferrand.@ AFP

Tout est en place pour que le remaniement soit annoncé mardi 9 octobre, une semaine après la démission de Gérard Collomb du ministère de l'Intérieur.

Car "nommer un ministre de l'Intérieur, ça n'est pas une petite fonction" et parce que depuis le départ "on prend des gens compétents", également "issus de la société civile", ce qui nécessite des vérifications notamment d'éventuels conflits d'intérêts, a-t-il justifié. "70 % des Français le pensent, et même au sein de sa garde rapprochée, c'est aussi l'opinion de 7 sympathisants LREM sur 10", observe Gaël Sliman, président d'Odoxa, qui note par ailleurs qu'une majorité de Français n'a pas compris pourquoi Emmanuel Macron a voulu retenir son ministre.

"Interrogée par LCI à propos du calendrier du futur remaniement provoqué par la démission du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, Mme Belloubet a assuré ne pas en connaître "le lieu" ni "l'heure" mais "évidemment ce sera pour avant mercredi".

"A partir du moment où il a annoncé son départ, le regard des autres a changé".

Mais le conseiller du Premier ministre, Gilles Boyer, rappel que rien n'est fait.

Invité ce matin de France Inter, Mounir Mahjoubi, le secrétaire d'Etat au numérique, indique ne pas avoir d'information sur le prochain gouvernement, car "seuls le président de la République et le Premier ministre" ont toutes les informations.

"Est-ce que cela va être le grand remaniement du quinquennat, avant même les élections européennes (de mai 2019, ndlr)? Sans doute pas, Économie, Éducation et Travail ne devraient pas bouger, mais il y a du flottement", glisse un député "marcheur". Bruno Le Maire "aime" ce qu'il fait et "souhaite poursuivre" à Bercy, a-t-il déclaré dimanche. Le chef de l'Etat Emmanuel Macron doit ensuite quitter Paris pour une visite en Arménie jusqu'à vendredi.

Emmanuel Macron veut "rester fidèle au projet initial" mais il veut "un nouveau souffle. Nous devons libérer, protéger et unir", affirme Richard Ferrand, un très proche du chef de l'Etat, dans le Journal du Dimanche.

Pour donner une nouvelle impulsion et tenter de faire oublier la rentrée calamiteuse Edouard Philippe pourrait prononcer un discours de politique générale et de solliciter un vote de confiance de l'Assemblée nationale.

Avec des personnalités de gauche? Davantage de centristes, qui ont montré leur mécontentement ces derniers temps?

Quant à Jacqueline Gourault, elle pourrait officiellement se voir attribuer les dossiers des collectivités locales.

Le nom de Marc Fesneau, à la tête des députés MoDem, est cité pour succéder à Stéphane Travert à l'Agriculture.

Autre ministre fragilisée: Françoise Nyssen actuellement à la Culture, qui est gênée par une enquête préliminaire sur des travaux d'agrandissement dans les locaux d'Actes Sud, la maison d'édition qu'elle dirigeait auparavant.

Dernières nouvelles