Le délai d'attente pour un rendez-vous chez le médecin

Trois examens peuvent être réalisés par des orthoptistes actuellement

Trois examens peuvent être réalisés par des orthoptistes actuellement

Les délais d'attente pour obtenir un rendez-vous chez un médecin varient selon la spécialité du professionnel de santé, analyse une étude de la Direction de la recherche, des études, de l'évaluation et des statistiques (Drees) ce mardi 9 octobre. Pour voir un généraliste, il faut 6 jours en moyenne.

Les Français sont globalement satisfaits des délais entre la date de prise de contact et la date de rendez-vous, sauf pour certaines spécialités. Elle a été menée "auprès des volontaires de la cohorte épidémiologique Constances " et "porte sur un sous-échantillon de 40 000 personnes " précise la DREES qui indique encore que "près de 21 700 personnes ont répondu ", mais 54 % d'entre eux n'avaient pas pris de "contact avec les systèmes de santé durant la période d'enquête ".

LIRE AUSSI: Pénurie de médecins spécialistes en Normandie: quels délais d'attente par département? Là encore, c'est une moyenne: pour faire contrôler ses yeux, par exemple, le délai atteint 110 jours dans un quart des cas, et pour 10 % des demandes, il faut 189 jours pour fixer un rendez-vous! Les motifs de consultation les plus courants sont l'apparition ou l'aggravation de symptômes, d'où la rapidité de la prise de rendez-vous.

D'un point de vue géographique, les délais d'attente les plus longs sont recensés dans les déserts médicaux. En moyenne, le délai d'obtention d'un rendez-vous est de six jours chez le généraliste, de 61 jours en dermatologie et de 80 jours en ophtalmologie, tandis qu'ils sont de trois semaines chez le pédiatre et le radiologue, d'un mois chez le chirurgien-dentiste et d'environ "un mois et demi chez le gynécologue et le rhumatologue et 50 jours chez le cardiologue ".

Malgré des délais parfois jugés "trop longs", la plupart des patients obtiennent un rendez-vous: seules 5% des demandes n'aboutissent pas avec les généralistes, cette proportion grimpant à 17% avec les ophtalmologistes. Lorsque les demandes n'ont pas abouti, 56 % des patients concernés cherchent à contacter un autre professionnel, quand 32 % renoncent tout bonnement à leur consultation. Contrairement à ce que l'on aurait pu penser, " elles se reportent assez peu vers les urgences hospitalières ", rapporte l'étude.

Dernières nouvelles