Qui gouvernera l'islam — Arabie Saoudite-Iran

Journaliste disparu Riyad donne le feu vert à Ankara pour perquisitionner son consulat                AFP 2018 OZAN KOSE

Journaliste disparu Riyad donne le feu vert à Ankara pour perquisitionner son consulat AFP 2018 OZAN KOSE

L'Arabie saoudite a autorisé mardi à la Turquie à perquisitionner son consulat à Istanbul sur fond de tensions entre les deux pays, générées par la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, a déclaré ce mardi le ministère turc des Affaires étrangères. Cette révélation intervient après la publication, ce mercredi, par le New York Times d'une information selon laquelle l'équipe saoudienne aurait apporté en Turquie une scie pour démembrer Jamal Khashoggi. "Dans le but de coopérer avec le gouvernement de la République de Turquie pour trouver la vérité autour de l'affaire de la disparition du citoyen saoudien Jamal Ahmad Khashoggi, le royaume invite les experts et responsables turcs concernés à se rendre à son consulat général d'Istanbul", a indiqué ladite note saoudienne, selon toujours Anadolu.

Dans une interview réalisée par la BBC trois jours avant sa disparition, Jamal Khashoggi affirmait ne pas avoir l'intention de revenir dans son pays, de crainte d'y être arrêté.

La police turque a révélé samedi qu'un groupe de 15 Saoudiens a fait l'aller et retour à Istanbul et au consulat le jour de la disparition du journaliste.

Cela a été publié dans un article publié dans le Washington Post au sujet de Khashoggi, qui a été porté disparu après être entré au consulat d'Arabie saoudite à Istanbul le 2 octobre.

Se référant aux images CCTV, le journal britannique The Daily Mail avait diffusé un peu plus tôt une photo montrant Jamal Khashoggi entrant dans le consulat saoudien à Istanbul afin d'obtenir "des documents officiels en vue de [son] mariage prochain". Une camionnette noire est visible, garée à proximité.

Selon le rédacteur en chef du quotidien Aksam, Murat Kelkitlioglu, s'exprimant sur 24 TV lors de la présentation des images, il est "certain" que Jamal Khashoggi est transporté dans ce van, mort ou vivant.

Au plus haut niveau de la hiérarchie turque, l'affaire est prise très au sérieux et le président Erdogan, qui a affirmé attendre les résultats de l'enquête pour s'exprimer, révélait hier que toutes les entrées et sorties dans l'enceinte du consulat saoudien sont passées au peigne fin. Pour les responsables turcs chargés de l'enquête, il y a eu assassinat, mais cette accusation a été qualifiée de "dénuée de tout fondement" par l'Arabie saoudite. Ce mercredi, des images de vidéosurveillance filmées aux abords du bâtiment ont été diffusées par des chaînes de télévision turques.

L'éditorialiste saoudien est l'un des principaux critiques du pouvoir de Ryad, et sa disparition fait craindre un véritable assassinat.

Le quotidien publiait par ailleurs mercredi les noms, l'âge et les photographies de quinze hommes présentés comme l'" équipe d'assassinat " dépêchée par Ryad.

Le nom de l'une de ces personnes, Salah Muhammed Al-Tubaigy, correspond à celui d'un lieutenant-colonel du département saoudien de médecine légale.

Le quotidien progouvernemental Sabah avait révélé mardi que deux avions privés étaient arrivés d'Arabie saoudite à Istanbul ce jour-là et que les personnes à leur bord avaient des chambres réservées dans des hôtels proches du consulat, mais qu'elles n'y avaient pas passé la nuit.

Le journaliste saoudien s'était exilé en 2017 aux Etats-Unis, après être tombé en disgrâce à la cour du puissant Mohammed ben Salmane, surnommé "MBS". "J'implore le président Trump et la Première dame Melania Trump d'aider à faire la lumière sur la disparition de Jamal", a écrit Hatice Cengiz dans une tribune publiée dans le Washington Post. Il a en outre sommé les autorités saoudiennes de "prouver" que M. Khasshoggi est bien ressorti du consulat comme elles le prétendent.

Dernières nouvelles