" "Des élèves de maternelle soupçonnés de " viol en réunion " — Paris

Prétexte

Prétexte

La brigade des mineurs de Paris a été saisie d'une affaire de viol en réunion impliquant des enfants de 4 ans, selon des informations du Parisien .

Les faits ont éclaté au grand jour en début de semaine, lorsqu'une personne s'est rendue au commissariat du XIIIe arrondissement pour y déposer une "main courante".

Trois agresseurs présumés, âgés de quatre ans eux aussi, auraient isolé leur jeune victime sous la structure d'un jeu avant de la déshabiller et de se livrer à une " pénétration digitale ", rapporte le quotidien. Des faits qui remonteraient à mi-septembre, et auraient eu lieu dans la cour d'une école maternelle du même arrondissement, où est scolarisée la fillette. La fillette aurait alors été victime de deux autres camarades. Toujours selon cette déposition, des faits comparables auraient déjà eu lieu lors de l'année scolaire précédente: la fillette aurait été victime de deux camarades à l'époque. "Une réunion aura lieu très prochainement, sous l'égide de la mairie du XIIIe, au sein de l'école, annonce Jérôme Coumet, le maire (PS) de l'arrondissement". On est à l'âge des premiers émois. Interrogée par Le Parisien, la vice-présidente du Conseil national de protection de l'enfance (CNPE), Michèle Créoff, assure que, si ce type d'acte "n'est pas fréquent", il n'est pas "exceptionnel non plus". Il pourra alors ordonner une enquête sociale qui permettrait d'auditionner les parents, mais aussi les enseignants ou les intervenants de l'établissement scolaire.

Dans ce type d'affaires, il n'est pas rare de découvrir que les enfants, victimes comme auteurs, ont reproduit des gestes qu'un adulte a pu leur faire subir, ou dont ils auraient été témoins. Face à la justice, il n'existe pas d'immunité pénale liée à l'âge mais " les parquets, dans la pratique, n'engagent bien évidemment pas de poursuites contre des enfants aussi petits", a déclaré un policier spécialisé au Parisien.

Dernières nouvelles