Le Canada lâche Michaëlle Jean — Francophonie

Mohammed Ben Salman en visite en France en avril 2018

Mohammed Ben Salman en visite en France en avril 2018

EREVAN | Malgré le désaveu du Canada et du Québec, Michaëlle Jean maintient sa candidature afin d'obtenir un nouveau mandat à la tête de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF), a indiqué son porte-parole mercredi.

26 chefs d'Etat et 3.500 délégués participent à cette rencontre. Il n'aura échappé à personne le rôle ô combien décisif de la France dans l'accession de Louise Mushikiwabo à ce poste.

Ses chances sont toutefois minces, depuis que le Canada et le Québec lui ont retiré leur appui, cette semaine, face au consensus qui se forme autour de la candidature de la Rwandaise Louise Mushikiwabo. C'est pour ça que je voulais que ce soit un pays africain qui puisse présider, une candidature africaine qui émerge.

Cette offensive diplomatique a eu raison des critiques que la candidature du Rwanda avait suscitées, d'abord sur les droits de l'Homme.

Le Rwanda a en effet remplacé le français par l'anglais en tant que langue obligatoire à l'école, et a rejoint le Commonwealth, pendant anglophone de l'OIF.

Michaël Jean de son côté poursuit discrètement son lobbying pour essayer de faire renverser les pronostics.

Les deux premiers secrétaires étaient l'Egyptien Boutrous Boutros-Ghali et le Sénégalais Abdou Diouf.

Lors de la cérémonie d'ouverture du sommet de la Francophonie, le chef de l'Etat français a répété que "le premier combat de la Francophonie" était "la jeunesse et tout particulièrement la jeunesse africaine".

Car "l'épicentre de nos langues françaises n'est pas à droite ou à gauche de la Seine, mais sans doute dans le bassin du fleuve Congo ou quelque part dans la région", a-t-il ajouté.

Emmanuel Macron s'est rendu en Arménie pour deux raisons: le sommet de la francophonie et l'hommage au chanteur Charles Aznavour qui devait l'accompagner pour assister à cet événement.

C'est l'actuelle ministre des Affaires étrangères du Rwanda qui accèdera au secrétariat général. Les Emirats arabes unis sont déjà un observateur de l'OIF, tandis que le Qatar est "membre associé", un stade supérieur qui permet de participer à davantage de réunions mais sans cependant octroyer de droit de vote.

En tout cas, en paraphrasant l'adage selon lequel "ce que femme veut, Dieu le veut", l'on pourrait dire, concernant l'OIF, que ce que la France veut, les autres membres suivent.

Le Rwanda "mène depuis des années une politique hostile à la langue française", accuse auprès de l'AFP Pierre-André Wiltzer, ancien ministre français de la Coopération et de la Francophonie (2002-2004). Actuellement, seul un tiers des pays de l'organisation reconnaissent dans leur Constitution le français.

" C'était (pour composer avec la réalité) parce que beaucoup de gens dans notre pays viennent d'ailleurs et ont grandi dans des pays de langue anglaise [.] Nous continuons à faire la promotion de la langue française [.] et nous le faisons de la même manière avec l'anglais", a poursuivi le dirigeant, qui s'exprime en anglais.

Le premier Sommet de la Francophonie a eu lieu dès 1986 à Versailles, près de Paris.

Dernières nouvelles