Une sculpture controversée de Koons s'installera au Petit Palais | Arts visuels

Jeff Koons l'ambassadrice des Etats Unis en France Jane Dorothy Hartley et la maire de Paris Anne Hidalgo devant le

Le bouquet de tulipes de Jeff Koons bientôt «planté» dans les jardins près du Petit Palais

La polémique va-t-elle s'éteindre avec la décision de Paris?

"Il y a, autour du Petit Palais, des jardins municipaux dans lesquels il y a un emplacement possible", a annoncé Christophe Girard, l'adjoint à la maire de Paris en charge de la culture, sur France Inter ce vendredi matin. La statue de bronze de 10 m sera installée au palais de Tokyo, à Paris. Toujours selon les dires de Christophe Girard, le lieu finalement choisi est donc "le musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, le Petit Palais. L'oeuvre de Jeff Koons ne sera pas installée dans le jardin intérieur du Petit Palais, mais dans les jardins entre le Petit Palais et la Concorde", précise le Petit Palais sur Twitter.

La mairie de Paris a fait venir Jeff Koons à Paris jeudi 11 octobre afin que l'artiste puisse voir de lui-même où se situera sa gigantesque création - une main en acier tenant des tulipes multicolores - de 12 mètres de haut et de 33 tonnes.

En janvier, des voix ont contesté à la fois son emplacement initialement envisagé entre le Palais de Tokyo et le Musée d'Art Moderne de la Ville de Paris, son coût de 5,3 millions $ payé par le mécénat, l'intérêt artistique de l'oeuvre ou encore la personnalité de l'artiste, l'un des plus cotés au monde.

La ministre française de la Culture Françoise Nyssen l'avait ensuite soutenue en déclarant que le gouvernement allait "accompagner la Ville de Paris et trouver ensemble une solution à la hauteur de l'enjeu symbolique".

Reste maintenant à déterminer la date de l'installation du " Bouquet de tulipes ".

À la fin, l'oeuvre sera financée par des fonds privés, ceux de la Fondation pour Paris notamment, ainsi que ceux de nombreux mécènes privés. "L'argent public servira à l'entretien de l'oeuvre, et on verra avec l'Etat pour la protection de l'oeuvre".

Dernières nouvelles