La famille de Prince furieuse contre Donald Trump

Prince lors du spectacle de la mi-temps au Super Bowl 2007

Mike Blake

Les responsables politiques américains peuvent obtenir des licences auprès des sociétés de droits d'auteurs (comme l'Ascap) qui les dispensent de demander la permission explicite aux chanteurs ou groupes concernés. En effet, celle-ci a demandé au président américain Donald Trump d'arrêter immédiatement d'utiliser les chansons de Prince à l'occasion de ses meetings et autres réunions publiques.

La famille de Prince a demandé à Donald Trump de ne plus diffuser la musique du chanteur défunt lors de ses réunions publiques, comme cela s'est produit à plusieurs reprises, même si la loi ne l'y oblige pas. De son côté, le chanteur Luciano Pavarotti s'était également ému de l'utilisation de son "Nessun Dorma" à l'occasion de la campagne 2016. Dans les faits, l'équipe Trump aurait utilisé le titre phare "Purple Rain" à l'occasion de plusieurs réunions.

Légalement, Donald Trump n'a pas besoin de l'accord de la famille de Prince.

Une demande pas si inédite pour le président américain qui s'est déjà vu signifier par de nombreux artistes dont les Rolling Stones, Adele, Neil Young, Queen voire même Aerosmith, de ne plus utiliser leurs chansons.

Le droit américain prévoit néanmoins la possibilité pour un artiste de demander que sa musique ne soit pas utilisée en faisant valoir " que la campagne a laissé entendre de manière erronnée que l'artiste (.) soutient le candidat", selon l'association américaine de l'industrie du disque (RIAA).

Dernières nouvelles