Election en Bavière: Forte baisse pour les alliés conservateurs de Merkel

LA CHANCELIÈRE ALLEMANDE EST AFFAIBLIE ESTIME SON ALLIÉ SCHÄUBLE

Allemagne: le vote bavarois qui fait trembler Berlin

La CSU, parti conservateur et allié crucial pour Angela Merkel, a enregistré dimanche une défaite en Bavière, fragilisant encore le gouvernement de la chancelière allemande. Les gagnants du scrutin sont les Verts, 2e avec 18-19%, et l'Alternative pour l'Allemagne (AfD), le parti d'extrême droite anti-Merkel et anti-migrant qui prend 11% des voix, au coude-à-coude avec les Freie Wähler, des conservateurs indépendants (11,5%). Le CSU perd en effet quelque 12 points par rapport à 2013, sa majorité absolue, et va être obligée de chercher une alliance inconfortable avec une ou plusieurs autres formations. Autre mauvaise nouvelle pour Angela Merkel, l'autre membre de sa coalition gouvernementale, les sociaux-démocrates du SPD, subissent une gifle (9,5% des voix).

Des résultats de mauvais augure pour le parti de la chancelière allemande, auquel on promet aussi une claque lors de régionales en Hesse fin octobre.

Certes, l'Union chrétienne-sociale, "parti frère" de la CDU d'Angela Merkel, arrive en tête avec 35,5%, mais ce score a tout d'une débâcle, car le parti domine cette région depuis les années 1950.

Angela Merkel a réussi à se mettre d'accord avec le SPD et surtout la CSU, les conservateurs bavarois, de Horst Seehofer.

Au pouvoir dans la première économie européenne depuis 13 ans, la chancelière allemande a connu une année très difficile, conséquence politique de sa décision de 2015 d'ouvrir l'Allemagne aux migrants en détresse.

Elle a bataillé pour former une coalition gouvernementale où le SPD récalcitrant et la CSU ne semblent pas vouloir s'entendre. Le baromètre national publié dimanche par le quotidien Bild crédite le couple CDU/CSU d'un piètre 26 %, quand le SPD végète à 17 %, au même niveau que des Verts en pleine confiance et juste devant l'extrême droite (15 %). Dans l'opinion, le désamour n'a lui cessé de croître.

"Celui qui a voté AfD en Bavière a dit aussi +Merkel doit partir+", a lâché une de ses dirigeantes, Alice Weidel, "libérez la voie pour des élections anticipées!". Elle perd sa majorité absolue au parlement régional face à l'essor des Verts et de l'extrême droite, selon les sondages des chaînes publiques ARD et ZDF.

Depuis le début de la législature, des voix y réclament bruyamment une sortie du gouvernement et une cure de jouvence dans l'opposition.

Dernières nouvelles