Turquie : le pasteur américain Brunson remis en liberté

Turquie: le pasteur américain Brunson remis en libert

Le pasteur américain Andrew Brusnon à Izmir le 25 juillet 2018

Je suis un homme innocent. "Toutefois, les États-Unis ont grandement apprécié ce qui engendrera de bonnes relations, et peut-être d'excellentes relations, entre les États-Unis et la Turquie", a-t-il écrit sur son compte Twitter.

Brunson s'est présenté dans la salle d'audience d'Aliaga, ville côtière de l'ouest, vêtu d'un costume noir, d'une chemise blanche et d'une cravate rouge. De là, il s'est envolé à bord d'un avion militaire américain avec pour première destination la base américaine de Ramstein, en Allemagne, où il devait passer de rapides examens médicaux.

L'univers de cet homme âgé de 50 ans, originaire de Caroline du Nord et établi en Turquie depuis un quart de siècle, a basculé en octobre 2016 lorsqu'il a été arrêté avec son épouse, Norine, dans la vague des purges lancées à la suite d'un coup d'Etat manqué. Il est attendu à la base aérienne d'Andrews, près de Washington, samedi à midi.

La crise diplomatique alimentée par cette affaire entre ces deux pays alliés au sein de l'Otan a provoqué un effondrement en août de la livre turque et mis en lumière les fragilités de l'économie locale.

"Pendant deux ans, les chrétiens d'Amérique et du monde entier se sont mis à genoux dans la prière pour la libération d'Andrew Brunson de son emprisonnement en Turquie".

Le pasteur Brunson a notamment demandé à dieu une "sagesse surnaturelle" pour le président américain, comme l'a remarqué cette correspondante à la Maison Blanche. Sa libération est donc une victoire pour le président à moins d'un mois d'élections législatives délicates pour son camp républicain.

Washington et Ankara sont engagés dans un bras de fer diplomatique entre autres sur le sort d'Andrew Brunson, accusé de "terrorisme" et d'espionnage en Turquie où il a été détenu pendant un an et demi et est désormais placé en résidence surveillée.

Après que le tribunal avait refusé de libérer le pasteur au cours de la précédente audience, en juillet, Washington avait haussé le ton et imposé une série de sanctions à la Turquie. Il a été libéré après la déduction de sa durée en détention. Le pasteur a tenu à remercier le président américain, son administration et les parlementaires qui se sont mobilisés pour sa libération.

Tout comme celui de la banque publique turque Halkbank, qui risque une amende colossale aux Etats-Unis et dont l'ex-directeur général adjoint Mehmet Hakan Atilla a été condamné en mai à 32 mois de prison par la justice américaine pour contournement des sanctions américaines contre l'Iran.

Dernières nouvelles