Un nourrisson meurt martyrisé, les parents mis en examen — Reims

Edition numérique des abonnés

Reims : un nourrisson meurt martyrisé, les parents mis en examen

Les parents sont également mis en examen pour "privation de soins ayant entraîné la mort", "non-dénonciation de crimes ou délits" et "non assistance à personne en danger", a déclaré le procureur de la République de Reims, Matthieu Bourrette.

Selon France 3 Grand Est, qui a assisté à la conférence de presse, une "cinquantaine de lésions" ont été "relevées sur l'enfant": "Lésions à la lèvre, aux joues, à l'oeil, au menton, aux oreilles, au cuir chevelu, aux flancs et au dos, aux chevilles, aux pieds". Une information judiciaire a été ouverte. Avant d'alerter la police, ils avaient constaté l'état de malnutrition et les multiples signes de violences que le bébé semble avoir subis pendant des mois.

Un enfant battu "avec des câbles électriques"?

Lundi, outre plusieurs enquêtes, une autopsie devrait être effectuée.

Le nourrisson, souffrant de scorbut ne pesait par ailleurs que six kilos.

Coups portés par la mère?

Lors d'un interrogatoire en garde à vue, le père a contesté avoir donné des coups mortels au petit garçon.

La mère "a fini par admettre avoir porté a minima un certain nombre de coups, dans une simple logique éducative" selon elle, a ajouté le procureur. Elle a indiqué avoir ensuite traité une fracture du bébé "avec une médecine traditionnelle africaine". Depuis deux ans, celui-ci a été placé en région parisienne. Ils n'avaient aucune activité professionnelle connue et l'Ivoirienne n'avait pas de titre de séjour.

Dernières nouvelles