Disparition de Khashoggi : l'entourage du prince saoudien suspecté

Affaire du meurtre de Jamal Khashoggi : l'Arabie Saoudite se cherche une échappatoire

Disparition de Khashoggi : Trump à la rescousse de son embarrassant allié

Le G7 a demandé une enquête "approfondie, crédible, transparente et rapide".

L'appel de la haut commissaire intervient alors que les autorités turques ont fouillé, dans la nuit de lundi à mardi, le consulat saoudien à Istanbul, où M. Khashoggi a été vu pour la dernière fois le 2 octobre. Un autre homme identifié par les autorités turques est Muhammed Saad Alzahrani, également identifié comme membre de la Garde royale. Ryad assure au contraire qu'il a quitté la représentation diplomatique peu de temps après, mais n'a pas été en mesure d'en apporter les preuves.

Jusqu'à présent, l'Arabie saoudite a démenti toute implication dans l'éventuel meurtre du journaliste, un critique du prince héritier Mohammed ben Salmane, qui collaborait notamment avec le Washington Post.

Après s'être entretenu lundi par téléphone avec le roi Salmane d'Arabie saoudite de la disparition du journaliste, M. Trump a émis une nouvelle hypothèse.

La directrice du FMI Christine Lagarde en Indonésie Ile 9 octobre 2018. Elle devait participer à une conférence sur les investissements dans le royaume, boycottée par de nombreux invités prestigieux, depuis la disparition de Jamal Khashoggi.

Selon des sources proches des services de sécurité turcs, le journaliste aurait été tué par une équipe d'une quinzaine de Saoudiens. "Et un cinquième homme, un médecin légiste identifié comme Salah al-Tubaigy, a occupé des postes à hautes responsabilités au ministère saoudien de l'Intérieur et dans le secteur médical saoudien, poursuit le journal, soulignant qu'" un personnage de cette stature ne pourrait être dirigé que par une autorité saoudienne de haut rang ".

Le quotidien affirme avoir confirmé par lui-même qu' " au moins neuf des quinze (suspects) ont travaillé pour les services saoudiens de sécurité, l'armée ou d'autres ministères ". Mais la manière dont les échanges ont évolué entre Riyadh et Washington, d'abord aigre-doux et désormais excessivement chaleureux, implique la conclusion d'un deal entre Mike Pompéo et Mohamed Ben Salmane, préalablement convenu entre le roi Salmane lui-même et le président Donald Trump, pour tourner la page de ce qui ne sera plus qu'un "regrettable incident" dont les coupables désignés vont devoir payer le prix.

Les deux premières années du mandat de Donald Trump ont été marquées par un resserrement des liens avec l'Arabie saoudite dans un alliance face à l'Iran, accusé de continuer à nourrir des ambitions nucléaires et de déstabiliser le Moyen-Orient.

Lundi matin, la Bourse saoudienne est repartie à la hausse au lendemain d'une sévère chute sur fond de tensions liée à la disparition de M. Khashoggi.

Selon l'agence de presse étatique turque Anadolu, M. Pompeo devrait se rendre en Turquie mercredi pour rencontrer le ministre turc des Affaires étrangères Mevlut Cavusoglu.

Dernières nouvelles