Le verdict du procès Pastor attendu ce mercredi

Wojciech Janowski a été condamné à la prison à perpétuité pour avoir commandité les meurtres d'Hélène Pastor et de son chauffeur. AFP

Wojciech Janowski a été condamné à la prison à perpétuité pour avoir commandité les meurtres d'Hélène Pastor et de son chauffeur. AFP

Coup de théâtre mardi devant les assises des Bouches-du-Rhône, à la veille du verdict: Wojciech Janowski a bien commandité l'assassinat de sa belle-mère, la milliardaire monégasque Hélène Pastor, ont reconnu ses avocats, après des semaines de dénégations de l'homme d'affaires polonais.

"Je vous supplie de retenir le vrai mobile, le seul qui vaille", a insisté l'avocat qui a rappelé l'amour qui unissait Wojciech Janowski et Sylvia Ratkovski-Pastor.

Mardi, ses avocats avaient concédé que leur client (qui n'a finalement jamais directement avoué durant toute la durée des débats) était coupable d'avoir commandité l'assassinat d'Hélène Pastor, mais pas celui de son chauffeur Mohamed Darwich, lui aussi tué dans le guet-apens organisé à Nice en 2014. Ces mots que vous attendiez de lui sortent de ma bouche, a lancé Me Dupont-Moretti.

Me Dupond-Moretti a assuré aux jurés que Wojciech Janowski avait agi pour protéger sa compagne Sylvia Ratkowski, la fille d'Hélène Pastor, malmenée psychologiquement par sa mère, selon lui.

" Je n'ai rien à ajouter, j'exprime mes excuses à Sylvia (Ratkowski, la fille d'Hélène Pastor) et à mes enfants", a-t-il déclaré.

Le gendre de la milliardaire avait reconnu en garde à vue avoir été l'instigateur du guet-apens qui a coûté la vie à Hélène Pastor et à son chauffeur avant de se rétracter et d'assurer que ces aveux lui avaient été extorqués par des enquêteurs qui lui "avaient tout fait sauf lui arracher les ongles".

En revanche, l'auxiliaire de justice a demandé aux jurés de l'acquitter pour l'assassinat du chauffeur de la milliardaire, assurant qu'il ne l'avait pas demandé, contrairement à ce qu'affirme son coach sportif, le Montpelliérain Pascal Dauriac.

"Cela aurait pu être bien de reconnaître de sa voix son implication".

L'avocat général avait requis, vendredi, la perpétuité assortie d'une période de sûreté de 22 ans à l'encontre du principal accusé, Wojcieh Janowski.

Le tireur présumé Samine Saïd Ahmed, qui a toujours nié avoir été présent sur les lieux alors que les caméras-vidéo témoignent du contraire, a gardé le silence mais le guetteur et recruteur présumé Al Haïr Hamadi a lui aussi demandé "pardon" en minimisant toutefois son rôle: "Il y a quelque chose dont je n'étais pas au courant, j'en veux à certaines personnes". "L'argent rend fou, l'argent rend dépendant, ce que vous acceptez pour l'un, vous le retirez à l'autre?", a lancé l'avocat, faisant allusion à la peine plus légère, 30 ans de réclusion criminelle, demandée à l'encontre de l'organisateur du double crime, Pascal Dauriac.

Le verdict de ce procès-fleuve, dans lequel comparaissent 10 accusés depuis la mi-septembre, est attendu mercredi.

Dernières nouvelles