L'Apple Watch de Jamal Khashoggi aurait enregistré sa torture et son exécution

Le visage d'un responsable de la sécurité apparaît dans l'entrebâillement de la porte du consulat devant laquelle se trouve un homme

Actualités - Affaire Khashoggi: le consul rejoint Riyad avant la perquisition de sa résidence

Cette perquisition aurait dû avoir lieu la veille, mais a été reportée, les autorités saoudiennes invoquant la présence de la famille du consul, qui a lui quitté le pays mardi, selon le chef de la diplomatie turque Mevlüt Cavusoglu.

"Le ministre du Commerce international a décidé qu'il n'était pas approprié pour lui de se rendre à l'Initiative pour l'investissement futur à Ryad le 23 octobre", a expliqué un porte-parole du gouvernement, ajoutant que le Royaume-Uni était "très inquiet de la disparition de Jamal Khashoggi".

Mike Pompeo a toutefois profité de son allocution de quelques minutes pour rappeler la " longue relation stratégique " qui unit Washington à Riyad depuis 1932, notamment en matière de lutte au terrorisme.

Si une délégation saoudienne devrait comme cela a été le cas pour le consulat, assister à la fouille de la résidence consulaire, le consul général d'Arabie saoudite en sera lui absent.

Dans un tweet, le président américain a assuré avoir discuté du dossier " en détail " avec son secrétaire d'État, mais n'a pas dit un mot sur d'éventuelles mesures à venir.

Le secrétaire d'État américain Mike Pompeo est arrivé mercredi 17 octobre à Ankara en provenance d'Arabie saoudite pour des entretiens avec les responsables turcs axés sur la disparition du journaliste saoudien Jamal Khashoggi à Istanbul, selon un correspondant de l'AFP. La chaîne américaine CNN cite de son côté un responsable turc confirmant que le journaliste aurait été tué et son corps démembré. "Et un cinquième homme, un médecin légiste identifié comme Salah al-Tubaigy, a occupé des postes à hautes responsabilités au ministère saoudien de l'Intérieur et dans le secteur médical saoudien, poursuit le journal, soulignant qu'" un personnage de cette stature ne pourrait être dirigé que par une autorité saoudienne de haut rang ".

Selon le New York Times, l'homme en question, Maher Abdulaziz Mutreb, qui avait été identifié par les autorités turques comme l'un des membres d'une équipe de 15 agents envoyée par Riyad pour " assassiner " le journaliste, fait partie de l'entourage du prince héritier et homme fort d'Arabie saoudite Mohammed ben Salmane.

"Non pas du tout, je veux juste savoir ce qui se passe", a dit M. Trump à des journalistes à la Maison-Blanche.

"L'implication de l'ONU serait la meilleure garantie contre les tentatives d'épargner l'Arabie saoudite ou de mettre le dossier sous le tapis pour préserver des liens d'affaires juteux avec Riyad", estiment ces ONG. Il se refuse à accepter le scénario de sortie suggéré par Donald Trump, qui cherche à lui sauver la mise en accusant des "éléments incontrôlés" d'avoir commis le crime.

"Le Washington Post a publié mercredi ce qu'il présente comme la dernière contribution de Jamal Khashoggi, un texte dans lequel le journaliste évoque le manque de liberté de la presse dans le monde arabe". Les enquêteurs sont également retournés au consulat saoudien d'Istanbul.

Les Etats-Unis ont demandé à avoir accès à cet enregistrement "s'il existe", a déclaré Donald Trump.

Dernières nouvelles