Pollution au pétrole: des plages du Var fermées au public

Du pétrole sur les plages de Saint-Tropez

Collision au large de la Corse: du pétrole sur des plages de Saint-Tropez

Plus d'une semaine après la collision de deux navires au large de la Corse, des résidus d'hydrocarbures se sont échoués sur les plages de l'est du Var. Des résidus ramassés manuellement par près de 110 personnes, dont les militaires de la Sécurité civile du ministère de l'Intérieur de Brignoles et des agents forestiers du conseil départemental, sous l'autorité de la préfecture. Un arrêté municipal interdisant l'accès aux plages a donc été décidé.

Les plages touchées, celles de l'Escalet et Pampelonne à Ramatuelle, des Salins et de la Moutte à Saint-Tropez, et celle de La Nartelle-Saint Barth à Sainte-Maxime sont désormais fermées au public, a souligné la préfecture du Var, conseillant aux communes de "faire établir des constats d'huissier avant toute opération de nettoyage". "Des résidus importants se sont déposés sur la côte avec 16 kilomètres impactés", a relaté le maire de Ramatuelle Roland Bruno, la commune où se situe la plage rendue célèbre par Brigitte Bardot. Si une enquête pour pollution a été ouverte le 9 octobre par le parquet de Paris, la préfecture du Var a annoncé ce mardi la mise d'une cellule de crise et la mise en oeuvre d'une mobilisation des services de l'Etat "pour limiter, depuis la mer, les risques pour l'environnement et la navigation". La plus grande partie du pétrole a pu être aspirée, mais des résidus, "dans des quantités conformes à ce qui était anticipé" ont été rejetés sur les plages, a-t-elle précisé.

Dans la matinée du dimanche 7 octobre, un navire roulier tunisien, Ulysse, et un porte-conteneurs chypriote, CLS Virginia, sont entrés en collision, dans les eaux internationales au nord-ouest du cap Corse. Tous les résidus n'ont cependant pas pu être récupérés avant leur arrivée sur la côte en raison du gros temps en mer. Les marins ont pu aspirer 1 000 m3 de mélange de pétrole mélangé à de l'eau de mer, ne laissant échapper dans la nature qu'une petite fraction de la pollution. Au large, l'aspiration des résidus sous forme de boulettes se poursuit.

Dernières nouvelles