Un film en préparation selon son manager — Johnny Hallyday

Insolite - Le Leclerc d'Olivet rouvre ses portes à 23h30 pour la sortie de l'album posthume de Johnny

Une borne d'écoute géante du nouvel album de Johnny Hallyday à la Gare Saint-Lazare

Son retour en France a été minutieusement préparé, ses déclarations dans les médias scurpuleusement orchestrées.

C'est en tout cas ce qu'a laissé entendre son dernier manager Sébastien Farran dans une interview donnée au Parisien, pour la sortie de son premier album posthume, "Mon pays c'est l'amour". Un record dans la discographie du "taulier" et l'histoire récente du marché français.

Emotion pour les fans de Johnny Hallyday.

Le tout premier clip de l'album, qui est une de ses chansons phares, "J'en parlerai au diable", a également été dévoilé.

C'était le disque le plus attendu de l'année et les fans étaient au rendez-vous pour se procurer l'album posthume de Johnny Hallyday.

"Il n'avait pas besoin de beaucoup de prises". Mais "Johnny n'a pas du tout aimé, il a comparé Made in rock'n'roll à 'made in China' comme sur un tee-shirt, il disait: 'ce n'est pas moi'", précise Laeticia Hallyday. Ainsi, comme on peut le voir dans la vidéo en haut de l'article, la maman de Jade et Joy compte laisser ses avocats gérer pour elle ce dossier. "Ça remue le cœur et l'âme (...)". C'est la première fois que l'on revient sans lui. C'est vertigineux cette vie sans lui. C'est l'épouse de l'artiste disparu, Laeticia Hallyday, qui se charge de sa promotion. "Pour l'instant, explique-t-elle à la station de radio, je vis le moment présent". "Quand on n'aimait pas Hallyday, ce qui est possible et compréhensible, on ne va pas se mettre à l'aimer maintenant". "Oui en respectant les volontés de mon homme, mais en essayant d'y mettre beaucoup d'empathie".

Impossible d'y couper tant l'affaire a fait la une des journaux.

Laeticia Hallyday, engagée dans une bataille judiciaire autour du testament américain de Johnny, qui déshérite à son profit les enfants du chanteur, Laura Smet et David Hallyday, "essaie" de négocier avec eux, mais "c'est compliqué", a-t-elle dit vendredi sur TF1. "Ça a été tellement violent pour moi".

En France depuis le 7 octobre dernier, la maman de Jade et Joy en a bien sûr profité pour s'entretenir avec son avocat sur le dossier. Son choix c'était ça, c'était les protéger elles. Il n'était pas manipulé. "Il y avait beaucoup de non-dits dans cette famille. C'était compliqué de dire les choses", reconnaît-elle sur TF1.

Dernières nouvelles