L'Italie sanctionne Apple et Samsung — Obsolescence programmée

Obsolescence programmée: Apple et Samsung sanctionnés en Italie

Première amende pour obsolescence programmée contre Apple et Samsung

Une première sanction est tombée.

Des mises à jour de logiciels sur des téléphones Apple et Samsung "ont provoqué de graves dysfonctionnements et réduit de manière significative les prestations, accélérant de cette manière la substitution de ces derniers", précise l'antitrust. Ce sont les mises à jours qui sont problématiques et c'est ce que reprochent justement les associations de consommateurs, en Italie et ailleurs: ces associations estiment que les mises à jour des systèmes d'exploitation des télephones réduisent leurs capacités, et ont pour but de pousser les utilisateurs à renouveler leurs appareils. Auparavant, en décembre 2017, Apple avait offert la possibilité de remplacer des batteries à prix réduit. Après la condamnation par les autorités italiennes, on voit mal pourquoi la justice française n'agirait pas à son tour.

Certes, le contexte est tout à fait différent. En France, une enquête a été ouverte en novembre 2017 contre le fabricant d'imprimantes Epson et une autre, en janvier 2018, contre Apple. Elle se fonde sur une infraction créée en 2015, inexistante à l'étranger et encore jamais appliquée dans l'Hexagone.

Des enquêtes ont donc été ouvertes pour clarifier cette situation. Apple a écopé d'une amende 2 fois plus importante que celle infligée à Samsung (10 millions d'euros contre 5) parce que l'Autorité italienne a un second grief à son encontre.

Après plusieurs mois d'enquêtes portant sur des suspicions d'obsolescence programmée d'Apple et de Samsung, l'Italie a finalement imposé une amende aux deux géants de la tech. En cas de poursuite, Emile Meunier n'exclut pas d'associer les consommateurs victimes au procès en tant que parties civiles. Un cas de figure également constaté chez Apple, même si le fabricant semble vouloir se racheter une conduite en ayant sorti il y a peu un système iOS 12 qui, a contrario, est capable d'améliorer les performances d'anciens produits. La société assurait toutefois vouloir ainsi "prolonger leur durée de vie" de ses téléphones d'éviter qu'ils ne s'éteignent de façon intempestive.

Mais en Italie non plus, rien n'est encore acquis. Dans un communiqué cité par la presse italienne, Samsung a d'ores et déjà annoncé sa décision de faire appel de la décision de l'antitrust. "Au contraire, Samsung a toujours proposé des mises à jour de logiciels permettant à ses utilisateurs d'avoir la meilleure expérience possible".

Dernières nouvelles