Doing Business 2019 : La Tunisie gagne huit places et se classe 80ème

'Le succès est toujours au bout de l'effort'

La France à la 32ème place des pays où il est facile de faire des affaires

Avec ce classement Doing Business 2019 de la Banque mondiale, scruté par les investisseurs et qui rend compte du climat des affaires permettant ainsi de mesurer l'attractivité d'un pays, y-a-t-il vraiment dans ce rapport de quoi booster le moral des décideurs politiques et des opérateurs économiques? Le pays figurait alors dans le top 10 des pays réformateurs au monde.

Un plan d'action pluriannuel a été arrêté dans ce cadre en vue de poursuivre l'amélioration du climat des affaires à travers la simplification et la dématérialisation de plusieurs procédures administratives concernant les entreprises, dans le cadre du " Comité national de l'environnement des affaires", présidé par le chef du gouvernement.

Signalons qu'il existe à cet effet un portail unique (www.225invest.ci.) qui présente l'ensemble des informations utiles à l'investisseur.

Doing Business 2019: Formation pour mieux reformer est une publication phare du Groupe de la Banque mondiale et est la 16ème d'une série de rapports annuels mesurant les régulations favorables et défavorables à l'activité commerciale. Au niveau mondial, les 10 économies affichant les améliorations les plus notables en matière de performance des indicateurs Doing Business en 2017/18 sont l'Afghanistan, Djibouti, la Chine, l'Azerbaïdjan, l'Inde, le Togo, le Kenya, la Côte d'Ivoire, la Turquie et le Rwanda. Il est élaboré annuellement depuis 2003 et couvre dix domaines du cycle de vie d'une entreprise, de la création d'entreprise à la gestion de l'insolvabilité.

Les données ont été mises à jour au 1er mai 2018. Lire plus sur les réformes (en anglais). Il s'agit notamment du Togo - 156ème à 137ème-, Guinée -153ème à 152ème - et du Djibouti -154ème à 99ème - dans le classement mondial, avec des progressions plus considérables dans le score. En effet, les auteurs du rapport ont répertorié un nombre record de 107 réformes dans 40 pays de l'Afrique subsaharienne, parmi tous ceux considérés dans l'étude.

Les économies des pays du BRIC - le Brésil, la Fédération de Russie, l'Inde et la Chine - ont introduit un total de 21 réformes, dont le raccordement à l'électricité et le commerce transfrontalier constituent les domaines d'amélioration les plus courants. Ces caractéristiques incluent notamment des inspections obligatoires pendant la construction, des outils automatisés utilisés par les services publics de distribution pour rétablir le service en cas de panne de courant, des garanties fiables offertes aux créanciers au cours des procédures d'insolvabilité, et des tribunaux de commerce spécialisés et automatisés. De même, une communication accrue entre les secteurs public et privé sur les modifications législatives et les processus affectant les PME est associée à davantage de réformes et à de meilleures performances des indicateurs Doing Business.

Dernières nouvelles