Un accord controversé sur les services financiers — Brexit

La question de la frontière irlandaise reste le gros point noir qui bloque un éventuel accord sur le Brexit. Le Parisien

La question de la frontière irlandaise reste le gros point noir qui bloque un éventuel accord sur le Brexit. Le Parisien

La manière d'empêcher le retour d'une frontière dure entre l'Irlande du Nord et la République d'Irlande, membre de l'UE, demeure en effet un point de désaccord majeur dans les négociations entre Londres et Bruxelles, alors que "95% de l'accord de retrait est maintenant réglé", affirme Dominic Raab. Une hypothèse que Bruxelles n'a pas confirmée.

► Qu'a annoncé la presse britannique sur le devenir post-Brexit des services financiers?

" Les négociateurs britanniques et européens ont conclu un accord de principe sur tous les aspects d'un futur partenariat sur les services, ainsi que sur l'échange de données ", annonce le quotidien, citant des sources gouvernementales.

Selon cet accord, " l'UE garantirait aux entreprises britanniques l'accès aux marchés européens tant que la réglementation financière britannique reste (rait) largement alignée sur celle de l'Europe ". Le négociateur en chef de l'UE pour le Brexit, Michel Barnier, a même démenti, jeudi 1er novembre, la conclusion d'un accord.

"L'UE peut accorder et retirer l'équivalence de certains services financiers de manière autonome".

Un porte-parole du 10, Downing Street a déclaré à Reuters que l'article Sunday Times n'était que "spéculation".

Pour sa part, le ministère du Brexit s'est borné à souligner que "rien n'est conclu jusqu'à ce que tout soit conclu". Les négociations sont toujours en cours, a-t-il ajouté.

Londres souhaite un accord qui permette aux entreprises financières britanniques de continuer à opérer en Europe, notamment pour protéger la place financière de la City. Or, pour la Commission, la libre circulation des services, celle des capitaux, des marchandises et des personnes sont indissociables. Dans une lettre adressée à des parlementaires, le ministre britannique chargé de ce dossier "pense " parvenir à un accord avec Bruxelles d'ici le 21 novembre dans les négociations aussi longues que complexes sur la sortie du Royaume-Uni de l'UE.

Le principal obstacle à un accord sur le Brexit est lié à la question du rétablissement d'une frontière physique entre l'Irlande et l'Irlande du Nord abolie par les accords de paix de 1998 qui ont mis fin à plusieurs décennies de violences communautaires.

► Si un tel accord sur les services financiers se confirmait, quelles seraient les conséquences?

La devise britannique s'approchait jeudi 1er novembre au matin de 1,29 dollar.

L'accord sur le Brexit bouclé dans moins d'un mois? Alors que les grandes banques de la City n'ont pas encore procédé au transfert d'activités et de personnel qu'elles avaient promis au lendemain du référendum, ces dernières avancées dans les négociations entre le Royaume-Uni et l'Union européenne devraient les amener à patienter encore davantage avant d'envisager un départ.

Dernières nouvelles