Emmanuel Macron satisfait : la Nouvelle-Calédonie dit non à l’indépendance

La Nouvelle-Calédonie porte-avions du Pacifique

Avant premièreLe Premier ministre Edouard Philippe se rendra en Nouvelle-Calédonie ce dimanche.AFP

"C'est une marque de confiance pour la République Française, son avenir et ses valeurs", a-t-il lancé dans une allocution exceptionnelle depuis le palais de l'Élysée avant d'inviter "chacun à inscrire la Nouvelle-Calédonie dans la république française et dans le destin océanique et indo-pacifique qui est le sien".

Selon des résultats partiels portants sur 128 618 bulletins dépouillés sur un total de près de 175 000 électeurs, le non à l'indépendance l'emporte avec 59,68% des voix contre 40,32% pour le oui, a indiqué le Haut-Commissariat.

Emmanuel Macron s'est exprimé à l'issue du scrutin, ce dimanche, dans une intervention filmée et diffusée à la télévision. Pour le Premier ministre Edouard Philippe, qui arrive sur le Caillou dès lundi, ce référendum marque "le début de la Nouvelle-Calédonie qui veut construire un avenir". Une victoire franche, mais un résultat inférieur aux pronostics des sondages qui évoquaient sur une fourchette de Non entre 60 et 70%. Elle plaide pour "trouver une solution et remplacer ce deuxième et troisième référendum" afin de "stabiliser enfin la Nouvelle-Calédonie". "Cela va forcer les non indépendantistes à revoir leur copie", ajoute l'expert, qui explique ce score élevé par "une forte mobilisation jamais atteinte dans les communes indépendantistes de la Grande Terre".

Plusieurs voitures ont été brûlées et deux "faits de caillassages" ont été signalés dimanche soir, en marge du dépouillement du scrutin, a-t-on appris auprès du Haut-commissariat.

Le président de la République, qui s'était rendu en Nouvelle-Calédonie au mois de mai, a aussi souligné le climat apaisé dans lequel s'est déroulé le scrutin: " Je tiens ici à saluer l'engagement des forces politiques calédoniennes et des autorités coutumières kanakes dans une campagne responsable, respectueuse des points de vue adverses, veillant à chaque instant à éviter les tensions et à préserver l'acquis de trente années de dialogue et de paix ". Cet archipel français, colonisé en 1853 et disposant d'importantes réserves de nickel. ", 56.4% d'électeurs ont voté " non ", et 43.6% " oui ".

Les indépendantistes comptent bien progresser lors des deux prochains référendums prévus par les accords de Nouméa.

Les trois partis loyalistes, très divisés, défendent le maintien au sein de la France.

Dernières nouvelles