Emmanuel Macron "assume" — Hausse des carburants

Emmanuel Macron devant la tombe du soldat inconnu le 11 novembre 2017- JACQUES DEMARTHON- AFP  Archives

Emmanuel Macron devant la tombe du soldat inconnu le 11 novembre 2017 JACQUES DEMARTHON

Le gouvernement, qui peine à éteindre l'incendie suscité par la flambée des prix des carburants, n'écarte plus désormais des mesures pour atténuer notamment la hausse des taxes sur laquelle se concentre la colère des Français.

Le président Emmanuel Macron "assume parfaitement" la hausse de la taxation sur le diesel tout en comprenant les doutes des Français sur la question du pouvoir d'achat, dans un entretien aux journaux du groupe Ebra. "Les mêmes qui râlent sur la hausse du carburant, réclament aussi qu'on lutte contre la pollution de l'air parce que leurs enfants souffrent de maladies ", poursuit-il, ajoutant que " la hausse du prix à la pompe qu'on constate aujourd'hui est liée à 70 % à celle des cours du pétrole ".

Dans un entretien lundi, le chef de l'Etat "assume parfaitement" la hausse de la taxation sur le diesel. "On nous a expliqué pendant des décennies qu'il fallait acheter du diesel et maintenant c'est le contraire", reconnaît le chef de l'Etat.

En difficulté sur le volet social de sa politique, Emmanuel Macron juge "normale" la colère des Français, alors que 3 Français sur 4 déclarent soutenir la journée d'actions du 17 novembre contre le carburant cher. "C'est normal que ce soit mal compris". "J'ai demandé au gouvernement de voir comment nous pouvons accompagner cela", a-t-il indiqué, évoquant un défiscalisation de cette aide. "Je parle aux Français avec mon caractère, avec ma façon de faire". "Je les respecte et je ne dis pas comme par le passé: 'souffrez en silence, ça va aller mieux'", a assuré le président. Quand ils sont inquiets, j'ai une part de responsabilité: c'est que je n'explique pas assez bien. Il explique qu'il a été élu sur un projet clair, "sans ambiguïté et j'aurai des comptes à rendre pour longtemps".

Dans deux entretiens accordés dimanche à la presse régionale, Emmanuel Macron a annoncé vouloir défiscaliser l'aide de 20 euros par mois accordée par le conseil régional des Hauts-de-France aux habitants qui sont contraints de faire plus de 30 km en voiture par jour pour aller travailler.

Après Strasbourg dimanche, Emmanuel Macron sera lundi en Lorraine où il rendra à la fois hommage aux Poilus et apportera son soutien au redressement de cette région frappée par la désindustrialisation.

Dernières nouvelles