Face à Donald Trump, la Chine loue le libre-échange

La Chine va ouvrir davantage son marché et accroître ses importations, promet Xi Jinping

La Tunisie présente à la 1ère édition de la Foire Internationale des Importations de Chine

En inaugurant la foire des importations de Shanghai, le président Xi Jinping s'est posé en partisan résolu du libre-échange et en artisan des réformes.

La Tunisie prend part à la première édition de la China International Import Expo (Foire internationale des importations de Chine), qui se déroule au Centre des expositions de Shanghai, du 5 au 10 novembre 2018.

Cette organisation permettra le renforcement de la coopération économique et commerciale entre les pays et régions du monde. "Nous allons encourager l'avènement d'un environnement commercial de classe mondiale", a-t-il déclaré.

Sans nommer les Etats-Unis ni leur président, Xi Jinping a dénoncé les pays pratiquant "protectionnisme " et "isolationnisme ". "Ils ne devraient pas se promener avec une lampe torche dirigée vers les défauts des autres sans éclairer les leurs ". Depuis, des droits de douane punitifs sur leurs importations mutuelles ont été levés par les deux pays.

Mais la réussite phénoménale du commerce chinois suscite aussi des critiques en dehors des Etats-Unis.

Le pays tient sa première "Exposition internationale d'importation" cette semaine, alors que le président des Etats-Unis, déçu par les déficits colossaux accumulés par son pays vis-à-vis de Pékin, avait lancé une guerre commerciale en juillet.

Pour les opérateurs économiques étrangers, l'enjeu est de comprendre comment pénétrer le grand marché chinois et de faire avancer les discussions pour déverrouiller les éléments bloquants à l'installation des commerces et la vente des produits étrangers en Chine.

"Il reste de la marge pour réformer davantage le marché intérieur en Chine, ce qui contribuerait à renforcer le système commercial mondial, et pour adopter des réformes qui aideraient à libérer le potentiel entier de tant d'entreprises du secteur privé", a suggéré dans son discours la patronne du Fonds monétaire international, Christine Lagarde.

"On n'a rien entendu qui n'ait déjà été dit par le passé", mise à part une mention de l'ouverture des secteurs de l'éducation et des services médicaux, a regretté le vice-président de la Chambre de commerce européenne en Chine, Carlo Diego D'Andrea. La Chine pointe au 59e rang des 62 pays étudiés par l'OCDE pour leur ouverture aux investissements étrangers.

Dernières nouvelles