Rihanna avertit Trump sur la violation des droits d’auteur

Rihanna

Rihanna avertit Trump sur la violation des droits d’auteur

Elle l'a fait savoir sur Twitter dimanche soir.

Quelques heures après la fusillade faisant 11 morts dans une synagogue, à Pittsburgh, Donald Trump s'est rendu à un meeting. Ce samedi 27 octobre, il a retrouvé des centaines de fans pour leur adresser un discours et il a utilisé le morceau Happy de Pharell Williams pour mettre l'ambiance.

Rihanna, récemment nommée ambassadrice de la Barbade, n'est pas la première artiste à critiquer l'utilisation d'un de ses titres pendant un meeting de Donald Trump.

Une semaine après, c'est Rihanna qui tient à se distancier du président des États-Unis.

Ça a été dit des millions de fois, mais voici la mille et unième - les rallyes de Trump ne ressemblent à rien d'autre en politique. Ce week-end, déjà, Axl Rose s'était lui aussi plaint, expliquant sur Twitter qu'il existait peu de recours pour empêcher cela: "Guns N'Roses, comme de nombreux artistes, s'est opposé à l'utilisation non autorisée de leur musique à des événements politiques et a formellement demandé à ce que la musique ne soit pas utilisée à des meetings de Trump ou des événements liés". "En ce moment, " Don't Stop the Music " de Rihanna est en train de passer super fort à Chattanooga, pendant que des assistants lancent des T-shirts Trump gratuits dans l'assistance, comme pendant un match de basket". "Tout le monde adore".

"Le chef du bureau de la Maison Blanche du Washington Post, Philip Rucker, a dit à Rihanna que sa chanson à succès avait fait une apparition lors de l'événement."[Ni] ni mon peuple ne participerons jamais à l'un de ces rassemblements tragiques ou à proximité de celui-ci", a tweeté Rihanna à Rucker.

Dernières nouvelles