Macron pointe une "excitation collective" — Affaire Benalla

Dans une interview à Europe 1 Emmanuel Macron est revenu pour la première fois en public sur l'affaire Benalla

AFP Dans une interview à Europe 1 Emmanuel Macron est revenu pour la première fois en public sur l'affaire Benalla

Mais pour autant le président juge qu'il n'y a pas eu d'affaire d'Etat.

Emmanuel Macron a dénoncé mardi l'emballement autour de l'affaire Benalla, estimant "qu'on a peut-être perdu l'esprit de mesure" même s'il s'agissait effectivement de "faits graves".

Ancien conseiller de l'Elysée, Alexandre Benalla a déclenché une tempête politico-judiciaire en France après avoir été filmé en train de violenter un couple de manifestants en marge du défilé du 1er mai à Paris. Le chef de l'État est revenu sur le scandale qui a perturbé l'été présidentiel, après les révélations sur les agissements de ce chargé de mission lors des manifestations du 1er-Mai à Paris.Des " responsabilités " et puis une " faute ".et emmanuel Macron de poursuivre: "Qu'est-ce que c'est, Alexandre Benalla? "Beaucoup de choses qui ont été dites pendant ces semaines-là se sont avérées fausses, on crée beaucoup d'emballement, moi je le regrette", a commenté le président de la République dans une interview sur Europe 1. "Son encadrement le savait, mais je ne connais pas le quotidien de l'ensemble de mes collaborateurs".

"Il a eu une sanction de l'Élysée. Rien du tout", a-t-il insisté.

Emmanuel Macron a aussi appelé à "l'indulgence, y compris à l'égard de ceux qui ont commis des fautes". "Il faut penser que les gens ont leur vie, leur famille", a plaidé le chef de l'Etat. " Il a terminé sur ce sujet: " Alexandre Benalla, il a fait des fautes; est-ce qu'il mérite d'être traité comme le plus grand criminel en liberté?

L'affaire Benalla a été le premier caillou dans la chaussure de l'exécutif, avant les démissions de Nicolas Hulot et Gérard Collomb.

Dernières nouvelles