Cameroun : près de 80 élèves enlevés dans une école du Nord-Ouest

Cameroun : 79 élèves enlevés dans le Nord Ouest anglophone

Vue en hauteur en juin 2017 de la ville de Bamenda où ont lieu les enl

Quatre-vingt deux personnes ont été enlevées ce lundi par des hommes armés non identifiés dans l'école presbystérienne de Bamenda (Presbyterian Secondary School), la capitale régionale du Nord-Ouest du Cameroun. Outre les élèves, le directeur et le chauffeur du collège font partie des captifs, ainsi qu'un enseignant. L'enlèvement n'a pas encore été revendiqué.

"Les recherches pour retrouver les otages ont été lancées, la mobilisation est totale", a ajouté la source de l'AFP, qui s'exprimait à l'issue d'une réunion de crise. D'après le colonel Didier Badjeck, porte-parole du ministère de la Défense, c'est aussi le fruit du travail de traque des forces de défense et de sécurité qui avaient bouclé la zone de Bamenda. Les attaques de séparatistes armés contre des écoles sont nombreuses depuis le début du conflit. "Nous n'y avons pas accès", a précisé une autre source.

Le président Biya, 85 ans, au pouvoir depuis 1982, a récemment été réélu pour un septième mandat avec 71,28% des votes. Les séparatistes ont décrété un boycott des établissements scolaires majoritairement francophones, estimant que le système scolaire marginalise les étudiants anglophones. Des affrontements entre armée et séparatistes, regroupés en groupes épars dans la forêt équatoriale, s'y produisent quasiment tous les jours depuis plusieurs mois. Une information que les autorités avaient démenti.

"Nous allons ouvrir nos propres écoles ici, nous allons rester ensemble et combattre pour l'"Ambazonie", l'Etat que les séparatistes entendent créer, déclare un homme au micro du téléphone filmant la scène.

Depuis le durcissement de la crise dans les régions du Nord-Ouest et du Sud-Ouest fin 2016, les séparatistes menacent toute activité étatique dans ces zones. Dans la zone, plus de 300 000 personnes ont ainsi fui les violences, pour la grande majorité en brousse et dans les grandes villes des régions voisines, et pour certaines au Nigeria voisin.

Dernières nouvelles