Des jeunes fichés selon leur origine — PSG

PSG : des jeunes fichés selon leur origine…

Le PSG a fiché de jeunes joueurs selon la couleur de leur peau…

L'enquête sera prolongée au cours de l'émission de France 2, Envoyé Spécial, ce jeudi soir à la télévision.

Le site Mediapart lâche ce jeudi une nouvelle bombe concernant les Football Leaks et le PSG.

Concrètement, dans leur rapport d'évaluation, les recruteurs du club de la capitale devaient entrer l'origine des joueurs détectés selon quatre catégories: "Français", "Maghrébin", "Antillais", "Afrique noire". Mais c'est finalement sur le club que la pression s'est accentuée à la suite de ces révélations: le PSG a en effet ouvert "une enquête interne", a indiqué à l'agence France-Presse une source proche du club. La Fédération française de football a ainsi annoncé avoir saisi le Conseil National de l'Ethique pour se pencher sur l'existence d'un fichage ethnique à l'entrée du centre de formation du PSG entre 2018 et 2013. Soit, Marc Westerloppe, ciblé par Mediapart et parti cette année au club de Rennes. Selon le compte-rendu d'une réunion datée de mars 2014, Westerloppe aurait émis des doutes sur le bien-fondé du recrutement du jeune Yann Gboho, milieu U13 du FC Rouen. "Deux ans plus tard, dans la case origine, il écrit: 'Afrique noire'", selon Mediapart.

" On ne va pas revenir sur ce sujet. Il y a un problème sur l'orientation du club, il faut un équilibre sur la mixité, trop d'Antillais et d'Africains sur Paris ".

Olivier Létang "profondément choqué"Les allégations parues dans divers organes de presse aujourd'hui m'ont profondément choqué et blessé, a répondu Olivier Létang depuis Kiev, où Rennes joue en Ligue Europa".

"Tous ceux qui ont vécu dans des vestiaires, ce qui est ma vie depuis plus de 30 ans, savent parfaitement que le racisme et la discrimination n'ont pas leur place dans le sport", a protesté le président rennais, qualifiant ces "insinuations" de "malveillantes".

"Consternation" de la ministre des SportsInterrogée par l'AFP, la CNIL rappelle que l a loi "interdit (.) de recueillir et d'enregistrer des informations faisant apparaître, directement ou indirectement, les origines "raciale" ou "ethniques". Alors que les documents issus des Football Leaks font état d'une alerte lancée dès 2014 par le Comité d'entreprise du club, les dirigeants parisiens ont dénoncé une "initiative personnelle", et Jean-Claude Blanc affirme, ce vendredi dans L'Equipe: "Rien n'est venu d'en haut, c'est une décision individuelle de juger les gens sur des critères ethniques". Si ces faits de discrimination sont avérés, ils sont passibles de sanctions disciplinaires voire pénales.

Dernières nouvelles