Fichage ethnique : les explications du PSG sont-elles recevables ?

Yann Gboho

Yann Gboho

Selon les informations d'Envoyé Spécial, une enquête serait sur le point d'être ouverte et le PSG risquerait une interdiction de recrutement rapporte Le 10 Sport. Ce jeudi, dans le déroulé des révélations liées aux Football Leaks, Mediapart nous apprend que le centre de formation du PSG aurait pratiqué un fichage ethnique pour recruter ses jeunes joueurs entre 2013 et 2018. Le club parisien reconnaît son existence, mais l'attribue à l'initiative personnelle d'un des responsables du service. "Deux ans plus tard, dans la case origine, il écrit: Afrique noire ", selon Mediapart. Le club de la capitale affirme que "des formulaires avec des contenus illégaux ont été utilisés entre 2013 et 2018 par la cellule de recrutement du centre de formation, dédiée aux territoires hors Ile-de-France". Mais à l'époque, le directeur sportif Olivier Létang aurait tenu un discours similaire et l'enquête en interne avait finalement blanchi Westerloppe, qui a depuis rejoint Létang à Rennes. "Il y a un problème sur l'orientation du club, il faut un équilibre sur la mixité, trop d'Antillais et d'Africains sur Paris ".

Mediapart raconte que Westerloppe est ensuite convoqué "à un entretien préalable " le 27 juin 2014, où il rejette devant Jean-Claude Blanc (actuel directeur général délégué du PSG) des accusations "fausses, malveillantes et stupides ".

La ministre demande par ailleurs à la Fédération française de football et à la Ligue de football professionnel "d'examiner ce dossier dans les plus brefs délais" et ajoute que "l'Etat se réserve la possibilité de donner toutes suites utiles à cette affaire".

La Ligue des droit de l'homme (LDH) a en tout cas annoncé son intention de porter plainte, la Licra (Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme) a évoqué des faits "très graves" et indiqué que sa "commission juridique" était "saisie". "Si ces faits de discrimination sont avérés, ils sont passibles de sanctions disciplinaires voire pénales".

Dernières nouvelles