Trump veut durcir les conditions d'accès à l'asile

Reporters  DPA

Reporters DPA

Jusqu'ici, renseigne le site internet de RFI, la loi américaine autorise tout clandestin à déposer une demande d'asile politique aux Etats Unis, qu'il y soit entré par un poste de douane officiel ou après avoir traversé illégalement la frontière.

Pour Noah Lanard, reporter du magazine de gauche Mother Jones, les nouvelles dispositions prises par Donald Trump pour restreindre les conditions du droit d'asile ne prennent pas en compte les réalités auxquelles sont confrontés les migrants sur le terrain.

Mais des responsables américains jugent que puisque le Mexique est le premier pays considéré comme sûr où les migrants arrivent depuis le Guatemala, le Salvador et le Honduras, c'est là que les demandes devraient être déposées. Publiée par le ministère de la Sécurité intérieure, elle devrait être signée rapidement par le président américain alors que des "caravanes" de migrants se dirigent actuellement vers les États-Unis.

"Notre régime d'asile est débordé par un trop grand nombre de demandes sans valeur, émanant d'individus qui font peser un fardeau énorme sur nos ressources, nous empêchant de pouvoir accorder rapidement l'asile à ceux qui le méritent véritablement", ont déclaré la secrétaire américaine à la Sécurité intérieure, Kristjen Nielsen, et le ministre de la Justice par intérim, Matthew Whitaker, dans un communiqué commun.

La semaine dernière, faut-il le rappeler, lors d'une déclaration consacrée à l'immigration peu avant les élections de mi-mandat, le président Trump avait annoncé qu'il signerait un décret sur le sujet. Selon son administration, ces 5 dernières années les demandes d'asile ont augmenté de 2 000%. Son décret est censé soulager un système déjà surchargé, quelque 700.000 cas étant actuellement en attente dans les tribunaux. "Certains ne sont pas au courant du fait qu'ils ont la possibilité de se rendre à un point d'entrée et encore moins du fait que c'est ce que leur demande Donald Trump", ironise-t-il.

La puissante organisation de défense des libertés civiques ACLU a immédiatement réagi. Il a affirmé que contourner ce principe par un décret ou une agence serait "illégal". Le groupe de défense des migrants New York Immigration Coalition a de son côté déjà fait part de sa volonté de "combattre" la nouvelle règle, estimant que "le gouvernement ne peut pas abandonner sa responsabilité envers les migrants fuyant le danger".

Le gouvernement a ainsi annoncé ce jeudi vouloir interdire aux migrants n'étant pas entrés légalement sur le territoire américain de déposer une demande d'asile.

Dernières nouvelles