Gilets jaunes: le gouvernement n'acceptera aucun "blocage total"

Carburants: les gilets jaunes déterminés à tout bloquer à partir du 17 novembre

Le ministère de l'Intérieur met en garde contre tout "blocage total" de la circulation le 17 novembre

Après les tentatives d'apaisement de la semaine dernière (dont la généralisation de chèque carburants), le gouvernement durcit le ton: Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur a déclaré ce mardi matin qu'aucun blocage total ne serait toléré et que le recours à la force n'était pas exclu le cas échéant. A quelques jours de la grande journée d'action de ces automobilistes en colère contre la hausse des prix des carburants, ce sera ce samedi 17 novembre, la tension monte encore d'un cran alors que le nombre d'actions prévues semble aller crescendo (voir notre carte des blocages du 17 novembre ville par ville). Mais que risquent les manifestants lors de ces rassemblements présentés comme spontanés? "Il est important aussi que nous organisions le dialogue avec les maires, un maire connait les situations familiales ou peut sentir des dérives qui mènent à la radicalisation", a expliqué Christophe Castaner.

Les organisateurs d'une manifestation non autorisée sur la voie publique encourent six mois de prison et 7500 euros d'amende d'après l'article 431-9 du code pénal.

Dans la droite ligne du ministre de l'Intérieur, la préfecture du Nord nous a indiqué que " le rôle du préfet est bien d'être au courant des mouvements sociaux et de renseigner le gouvernement à cet égard ", que " le droit de manifester est encadré par une obligation de déclaration et qu'à ce jour, la préfecture n'a pas été destinataire de déclaration de manifestation ".

L'autorisation de la manifestation ne donne pas une liberté totale aux manifestants.

RELIRE. Vous allez participer au blocage national du 17 novembre? En plus de cette peine, les personnes prises en faute risquent une suspension du permis de conduire, pour une durée de trois ans au plus, et la mise en fourrière de leur véhicule.

Quelles sanctions? Masquer sa plaque d'immatriculation expose à une contravention de 4e classe (maximum 750 euros), selon l'article R317-8 du Code de la route.

Dernières nouvelles