Paris: 2 militantes Femen forcent la sécurité au passage de Trump

L'Arc de Triomphe à Paris

Des militantes Femen ont exposé leurs seins près de l'Arc de triomphe à Paris CC0 Pexels

Le groupe féministe, joint par l'AFP, a affirmé ne pas avoir de rapport avec cette femme.

Christophe Castaner, ministre de l'Intérieur a assuré que la sécurité du cortège, ni celle du président américain Donald Trump, n'a "en rien" été menacée.

Comme on le voit sur les images filmées par nos confrères de TF1, une des militantes Femen - seins nus et sous la pluie - parvient peu avant 11h à se rapprocher du convoi, obligeant l'un des véhicules américains à se déporter au niveau de la Cadillac du président Trump. Si la militante a réussi à forcer la sécurité au passage du cortège, en sautant par-dessus les barrières, la femme a rapidement été interpellée. Une 3 militante positionnée un peu plus haut sur l'avenue en a fait de même.

"La France célèbre la paix avec cette cérémonie mais la moitié des chefs d'État invités sont responsables de la plupart des conflits dans le monde", a déclaré peu après à l'AFP une militante Femen présente sur place, Constance Lefèvre.

Interrogé sur LCI sur l'incident, le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux y a vu "une petite histoire", préférant retenir de la journée "la grande Histoire".

"La veille, un autre trio Femen s'était brièvement exposé sous l'Arc de Triomphe, seins nus et poing en l'air, en criant: " Welcome war criminals " (Bienvenue aux criminels de guerre), les torses peints du slogan: " Fake peacemakers, real dictators ". Après avoir été placées en garde à vue dans la foulée, elles ont été convoquées au commissariat pour le 25 mars.

Dans un communiqué diffusé après leur action sur les Champs-Élysées, les Femen ont expliqué que "Trump, Poutine, Erdogan, ben Salmane et Macron avaient transformé le 11 novembre en un triste spectacle qui n'est divertissant que pour les criminels qui y participent".

A l'occasion d'un rassemblement anti-Trump dimanche à partir de 14H place de la République à Paris, les autorités s'attendent à des débordements.

Dernières nouvelles