Le pétrole termine en hausse à New York — Pétrole Brent

Carburants baisse probable des prix le 16 novembre

New York : Le baril de pétrole a atteint son niveau le plus bas depuis 2015

Les prix du pétrole remontaient légèrement, hier, de quelques cents en cours d'échanges européens, mais la tendance baissière entamée depuis quelques jours semble bien installée dans le temps.

Le rapport note que les pays du monde entier augmentent rapidement leur part d'énergie solaire photovoltaïque et éolienne et nécessiteront des réformes du marché, des investissements dans les réseaux, ainsi que l'amélioration des technologies de réponse à la demande, telles que les compteurs intelligents et les technologies de stockage de batteries.

Vers 04h00 GMT, le baril de "light sweet crude"(WTI), référence américaine du brut, pour livraison en décembre, cédait 30 cents à 55,95 dollars dans les échanges électroniques en Asie. Les deux étalons ont perdu plus de 20% par rapport à leurs pics de quatre ans inscrits début octobre lorsque le Brent avait culminé à 86,74 dollars.

Ce qui fait que pour le transport routier, la demande de pétrole devrait atteindre 44,9 millions de bpj d'ici à 2040, contre 41,2 millions de bpj en 2017, tandis que la demande industrielle et pétrochimique totaliserait 23,3 millions de bpj à cet horizon, contre 17,8 millions de bpj en 2017, selon les prévisions de l'agence, soulignant que la croissance de la demande mondiale de pétrole proviendra en totalité des économies en développement, Chine et Inde en tête.

"L'inventaire de l'API est un nouveau coup aux cours du pétrole, l'extraordinaire élan de l'offre américaine croissante ne cesse de surprendre", a commenté Stephen Innes, analyste chez Oanda.

"Ce qui a commencé avec un sentiment d'aversion au risque pour tous les marchés a été exacerbé pour le pétrole par les exemptions accordées aux importateurs de pétrole iranien", ont rappelé les analystes de Goldman Sachs.

L'Opep réduit ainsi sa prévision de demande mondiale pour le quatrième mois consécutif.

" Les mesures d'efficacité (énergétique) auront un impact encore plus important: l'amélioration de l'efficacité du parc de voitures non électriques permettra d'éviter plus de neuf millions de bpj de demande de pétrole en 2040", explique-t-on.

L'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et ses partenaires, dont la Russie, se réuniront à Vienne début décembre.

A plus court terme, l'Agence américaine d'information sur l'Énergie (EIA) fera état en cours de séance de ses données hebdomadaires sur les stocks américains. Autant d'inquiétudes pour les économies qui en dépendent en partie ou presque entièrement. C'est une semaine folle qui s'annonce pour les marchés pétroliers.

Dernières nouvelles