Macron inaugure le TGV au Maroc

Locomotive TGV marocain produit par Alstom à son arrivée au port Tanger

Locomotive du TGV marocain produit par Alstom à son arrivée au port de Tanger

Cette ligne à grande vitesse, présentée comme la plus rapide du continent, courra à terme sur 350 km, dont 200 circulables à 320 km/heure, reliant les deux régions les plus dynamiques du royaume en 2 h 10 au lieu de 4 h 45 actuellement. Ils ont partagé un déjeuner de travail à bord du train flambant neuf, après leur départ de l'immense gare rénovée de Tanger, grand hub maritime entre Afrique et Europe.

Le train LGV quittera la nouvelle gare de Tanger-ville vers 14h30 pour une arrivée prévue à 15h45 à la gare de Rabat-Agdal.

Le lancement du premier TGV marocain, baptisé "Al Boraq" en référence à une fantastique monture ailée de la tradition islamique, a perturbé la circulation des trains sur le réseau classique, selon des informations publiées par la presse locale et sur les réseaux sociaux, en l'absence de toute communication officielle. Pour le Maroc, qui veut se positionner comme un "hub africain", ce grand projet ouvre "la voie de la modernité, du développement et du progrès technologique", selon la MAP. "C'est une véritable fierté d'avoir transféré la totalité de nos savoir-faire en dix ans".

Selon lui, le Maroc est un partenaire indispensable pour la France au Maghreb.

Le coût de l'investissement a atteint environ 23 milliards de dirhams (environ deux milliards d'euros), soit environ 15% de plus que les estimations initiales. Cofinancé par la France, ce projet aura d'importantes retombées économiques sur les deux pays.

Ce partenariat a permis la création à Rabat de l'Institut de Formation Ferroviaire (IFF) au profit des cheminots du Maroc, de France et d'autres pays de la région, ainsi que la mise en place d'une société commune (joint-venture) entre l'ONCF et la Société nationale des chemins de fer Français (SNCF), pour la maintenance des Trains à Grande Vitesse, tout en permettant à l'ONCF une montée progressive en compétences dans ce domaine. Emmanuel Macron sera accompagné des ministres des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian et de l'Intérieur Christophe Castaner, alors que les flux migratoires devraient être abordés au cours des discussions.

Dernières nouvelles