Un string au parlement contre le blâme des victimes de viol

Un homme acquitté pour le viol d’une ado de 17 ans parce qu’elle portait un string

A Dublin les Irlandaises manifestent contre cette décision de justice

Le mouvement a d'ailleurs récemment atteint la France, avec notamment un appel d'une Femen française à "rejoindre l'indignation générale" en postant une photo de ses dessous.

D'où vient ce mouvement?

Une phrase qui a choqué l'association I Believe Her ("Je la Crois"), qui défend les victimes de violences sexuelles.

De son côté, l'accusé a affirmé que la jeune femme était consentante, puisqu'elle l'avait embrassé avant, et qu'il était "possible" qu'il l'ait pénétrée, mais qu'il ne "pensait pas" l'avoir fait.

Ruth Coppinger, ce nom ne vous dit sûrement rien et pourtant, cette députée irlandaise défraie la chronique dans son pays.

Outrée de l'acquittement d'un violeur, cette députée irlandaise a ainsi brandi un string devant ses collègues du Parlement, réunis en pleine séance ce mardi. Poursuivi pour le viol présumé d'une jeune femme de 17 ans, l'accusé y avait été acquitté par le tribunal à l'issue d'un verdict controversé. L'homme a été acquitté par le jury populaire. Pour faire réagir à ce blâme de la victime, elle a exposé un string en dentelle devant ses confrères avant d'ajouter: " Cela peut paraître embarrassant de montrer des sous-vêtements ici... "Mais comment pensez-vous qu'une victime de viol ou une femme se sent lorsqu'on met en scène, de manière incongrue, ses sous-vêtements devant un tribunal?", s'est insurgé la députée. Le verdict a mené à de nombreuses réactions, mais c'est surtout la stratégie de la défense qui a scandalisé les internautes et les organisations de défense des droits des femmes.

Dernières nouvelles