Kim Jong-un supervise l'essai d'une arme "ultramoderne" — Corée du Nord

La Corée du Nord affirme avoir testé une arme de

KCNA VIA KNS AFP

Les grandes puissances n'ont qu'à bien se tenir. "Kim Jong-un a visité le site d'essais de l'Académie des sciences de défense et a supervisé le test d'une nouvelle arme tactique ultramoderne", a ainsi déclaré l'agence de presse officielle KCNA le 16 novembre, sans toutefois spécifier la nature de l'arme testée. C'est la première fois que la Corée du Nord fait état d'un essai d'armements depuis qu'elle a entamé le processus de négociations sur ses programmes nucléaire et balistique.

La suspension par Pyongyang de ses essais nucléaires et de ses tirs de missiles balistiques a permis de rapides développements diplomatiques, dont trois rencontres au sommet entre M. Kim et le président sud-coréen Moon Jae-in.

Cinq mois après la signature par Donald Trump et Kim Jong-un d'un document commun prévoyant une dénucléarisation de la Corée du Nord contre des garanties pour sa sécurité, les discussions entre Washington et Pyongyang patinent.

Le porte-parole a rappelé, cité par l'AFP, qu'au sommet de Singapour en juin dernier, MM.

Kim lui-même a exprimé sa "grande satisfaction" et a déclaré que le test constituait "un tournant décisif dans le renforcement de la puissance de combat de nos forces armées".

Washington exige la dénucléarisation du Nord avant toute levée des sanctions tandis que Pyongyang a condamné les "méthodes de gangster" des Américains accusés d'exiger son désarmement unilatéral sans faire de concession.

Une éventuelle reprise de tels tests créerait de forts doutes sur l'avenir du processus de dénucléarisation de la péninsule.

Décidément Washington éprouve toutes les peines du monde à convaincre Pyongyang de renoncer à se constituer un arsenal nucléaire. "Nous ne voyons pas cela comme une provocation militaire d'importance", a dit la source gouvernementale à l'agence. L'agence nord-coréenne n'a publié qu'une seule photographie pour accompagner sa dépêche. On y voit des hommes en uniforme en train de prendre des notes en écoutant M. Kim. Kim Jong-un a dit que le développement de cette arme avait été supervisé par son père, Kim Jong-iI qui, de son vivant, avait un intérêt particulier pour ce système balistique. "En général, les tests de nouvelles armes haute technologie sont menés en secret". Le dictateur nord-coréen se mettait plutôt en scène dans des déplacements consacrés au développement économique et social de son pays. Les tensions sur la péninsule avaient atteint des sommets en 2017, une année rythmée par les essais nucléaires et les tirs de missiles nord-coréens, dont certains capables d'atteindre le territoire continental des Etats-Unis. En toile de fond, MM.

A lire aussi - Hard Brexit, réélection de Trump...

Vers un nouveau sommet américano-coréen?

Donald Trump a dit espérer une deuxième rencontre avec Kim Jung-un au début de l'année prochaine. "Cela vous rappelle que la pause (de la Corée du Nord) dans les tests de missiles est volontaire, partielle et peut prendre fin sans avertissements si elle n'est pas explicitement codifiée", a-t-il déclaré sur Twitter.

Dernières nouvelles