Les hommes bientôt sur Mars ?

Voir l’infographie en meilleure résolution ICICrédits: NASA  JPL-Caltech

Voir l’infographie en meilleure résolution ICICrédits: NASA JPL-Caltech

Ça tombe bien, ce sont eux qui sont à la manœuvre dans le cas de la mission InSight qui emporte le sismomètre français SEIS dédié à l'étude de la structure interne de la planète rouge. L'enjeu est colossal. Ce mardi, la Nasa, l'agence spatiale américaine, a annoncé son nouvel objectif: "envoyer des hommes sur la planète Mars d'ici 25 ans soit en 2 043".

Passer neuf mois en apesanteur n'est pas sans gravité. En termes de distances, la planète rouge se situe à 225 millions de kilomètres de la Terre, ce qui représente actuellement neuf mois de trajet. Une période aussi longue peut altérer les vaisseaux sanguins dans la rétine, causant une dégradation de la vision. Un séjour prolongé dans l'espace entraîne également une perte de calcium dans les os. "Avec le budget actuel ou un budget un peu augmenté, cela prendra 25 ans pour régler ces problèmes", a affirmé l'astronautre à la retraite Tom Jones. "Il faut que l'on commence dès maintenant à se concentrer sur certaines technologies clés ", a expliqué Tom Jones à des journalistes à Washington.

Pour contourner une partie des problèmes évoqués plus haut, une des techniques les plus logiques serait de réduire le temps de trajet vers Mars. Durant le trajet, les astronautes pourraient en subir autant que pendant une carrière entière. Le temps d'exposition aux radiations pourrait ainsi être réduit, mais il faudra également réussir à limiter les taux de radiations et pour l'instant, nos solutions de protection des rayons cosmiques restent très limitées. Mais les experts ont identifié plusieurs technologies à développer, notamment concernant le départ de la planète. Une autre mission doit permettre, en 2020, d'envoyer un nouveau rover sur Mars pour déterminer l'habitabilité de l'environnement martien et chercher des signes de vie ancienne.

Dernières nouvelles