Affrontements entre Casques bleus et rebelles en RDC

Reprise de la lutte contre Ebola à Beni en RDC

La lutte anti-Ebola suspendue en RDC

Le ministre de la Santé, Dr Oly Ilunga Kalenga, déplore ces actes de violence qui ont à nouveau meurtri les habitants de Beni et qui ralentissent les efforts menés par les équipes de la riposte pour mettre fin à l'épidémie d'Ebola. C'est la première fois que l'OMS doit évacuer, même provisoirement, des personnels depuis la déclaration de l'épidémie d'Ebola le 1er août dans la région hautement dangereuse de Beni.

Bien que tous les membres du personnel de l'OMS, du ministère de la santé et des partenaires soient en sécurité, seize (16) membres du personnel de l'Organisation Mondiale de la Santé ont été évacués à Goma pour y être soignés après que leur résidence soit ciblé par un obus qui n'a pas explosé écrit le communiqué. "Nous avons déjà vaincu 9 épidémies d'Ebola dans notre pays, nous viendrons à bout de cette 10ème éruption de cette maladie", a-t-il affirmé avec conviction.

"C'est dans les échanges de tirs que la villa a reçu un obus".

D'après Michel Yao, médecin-coordonnateur de l'OMS, cette attaque n'a pas été ciblée mais est le fruit des affrontements qui se déroulent régulièrement depuis quelques semaines dans cette partie de la République démocratique du Congo. "C'est une villa à deux niveaux et le staff s'était réfugié en bas. L'obus a atterri sur le toit dans une des toilettes", a-t-il précisé, ajoutant que certaines personnes sont "traumatisées".

Vendredi soir, les Casques bleus de la Mission des Nations unies au Congo (Monusco) ont repoussé une nouvelle offensive attribuée au groupe armé ADF "après plusieurs heures d'affrontements" dans le quartier Boikene, à l'entrée nord de Beni, selon le bulletin quotidien du ministère de la Santé.

Six catafalques numérotés rangés pour accueillir les corps des six casques bleus tués au cours de l'opération conjointe FARDC et Forces de l'ONU contre les ADF, à Beni. Dimanche, deux civils ont encore été tués dans une attaque attribuée aux ADF à Mukoko à 36 km au nord de Beni, a indiqué une source de la société civile. En début de semaine, la représentante des Nations unies au Congo, Leïla Zerrougui, s'était déclarée "de plus en plus alarmée" par la situation à Beni, en s'inquiétant de la situation sécuritaire qui menace la tenue des élections en de nombreuses régions de l'est du pays.

Dernières nouvelles