Les experts confirment son "état végétatif chronique irréversible" — Vincent Lambert

Les experts confirment

Vincent Lambert : après l'expertise, audience du tribunal administratif le 19 décembre

Les experts sont pourtant formels sur ce nouveau rapport: l'état de santé de Vincent Lambert n'a pas évolué depuis la dernière expertise officielle, effectuée en 2014; il s'est même légèrement dégradé.

De plus, les experts estiment que la condition médicale de Vincent Lambert "n'appelle aucune mesure d'urgence" et "il existe en France des structures pouvant l'accueillir jusqu'à sa disparition si le maintien au CHU de Reims s'avérait impossible pour des raisons autres que relevant de la simple technique médicale".

Le tribunal administratif de Châlons-en-champagne examinera les suites à donner au rapport mercredi 19 décembre à 14 heures. Après un accident de voiture survenu en 2008, l'homme de 42 ans est bel et bien dans "un état végétatif chronique irréversible", écrivent ces trois experts dans leur rapport datant du 18 novembre. Un préalable requis avant l'éventuel déclenchement d'une procédure d'arrêt des soins, demandée depuis le 9 avril par le CHU de Reims où le patient est hospitalisé.

Vincent Lambert est dans un état d'incapacité fonctionnelle psychomotrice totale en 2018 comparable cliniquement à celui enregistré en 2014.

Plusieurs procédures judiciaires ont déjà eu lieu autour de la situation de Vincent Lambert, qui oppose son épouse, ses parents et des membres de la fratrie ainsi qu'un neveu.

Guerre des tranchées dans la famille de Vincent LambertAu cœur de ce drame familial se joue une guerre de tranchées entre les proches de Vincent Lambert, chacun restant campé sur ses positions depuis la première tentative, avortée, d'arrêt des soins, en 2013. De quoi renvoyer dos à dos les différentes parties, charge maintenant au tribunal administratif de Châlons-en-Champagne, qui devrait rapidement se réunir, de suivre ou pas les conclusions des experts.

Sa compagne, Rachel, tente depuis longtemps de faire respecter la volonté de son mari qui, dit-elle, aurait refusé l'acharnement thérapeutique. La limitation extrême ou totale de ses capacités d'accès à la conscience, de communication, de motricité, d'expression de sa personnalité, l'altération irréversible de son image, lui portent atteinte à un point qui n'est (n'était) pas acceptable par lui-même et par son épouse et tutrice, au principal degré.

Mais sur la question de l'obstination déraisonnable, le rapport des experts est plus nuancé: "les experts considèrent que la réponse aux besoins fondamentaux primaires (alimentation, hydratation, émonctoires, prévention cutanée, hygiène de base) ne relève pas pour certains patients en état végétatif avéré, tel que Vincent Lambert, de l'acharnement thérapeutique ou d'une obstination déraisonnable".

Dernières nouvelles