Jeune homme tabassé par la police: une enquête ouverte

Vidéo. Un homme roué de coups par des policiers : le parquet ouvre une enquête

Sur les images un homme à terre est roué de coups par les forces de

L'une d'elles, plus particulièrement, tourne depuis samedi sur les réseaux sociaux.

Une vidéo montre d'abord deux membres des forces de l'ordre casqués et en tenue de maintien de l'ordre poursuivant un homme - qui ne porte pas de gilet jaune - et le frappant.

Selon les informations de franceinfo, le parquet de Paris a ouvert dans la foulée une enquête pour le chef de violences par personnes dépositaires de l'autorité publique.

Pour le moment, le jeune homme n'a pas été encore identifié.

Yassine Bouzrou, l'avocat d'un jeune homme actuellement hospitalisé après son interpellation, a annoncé qu'il déposerait une plainte mardi. Une zone marquée par des violences et une série de dégradations pour la troisième journée d'action nationale des "Gilets jaunes".

La vidéo, de mauvaise qualité, ne permet pas de distinguer à quel service de police appartiennent les forces de l'ordre et quelles circonstances ont précédé cette scène. Mais dans les colonnes de Libération, après avoir bien visionné la vidéo, le jeune homme affirme: "C'est sûr, c'est pas moi". D'après le texte y afférent, huit policiers lui auraient porté "une vingtaine de coups" au visage, alors qu'il n'était qu'un simple "badaud" non loin des Champs-Elysées samedi, vers 19h30.

Le plaignant, Mehdi K., "présente notamment de graves blessures au niveau de l'œil gauche" et "les médecins ont affirmé (.) qu'il n'était pas exclu qu'il perde l'usage de son œil", souligne la plainte. Opéré une première fois, il doit subir une nouvelle intervention prochainement, selon son avocat.

Les vidéos sont en cours d'analyse et les enquêtes seraient ensuite dirigées en fonction des circonstances.

Une plainte contre X a été déposée lundi après-midi auprès du procureur de Paris par Mehdi K. pour "violences aggravées en réunion avec usage d'une arme par des dépositaires de l'autorité publique dans l'exercice de leurs fonctions ". Sur les images, le jeune Mehdi ne se reconnaît pas. Plusieurs témoins de l'interpellation filmée affirment également qu'il ne s'agit pas de la même personne.

Dernières nouvelles