Donald Trump répondra aux demandes de levée de sanctions après la dénucléarisation

Vladimir Poutine et Donald Trump en Argentine

Sputnik. Vladimir Astapkovich Un conseiller du Kremlin révèle la date possible de la rencontre Poutine-Trump

Un tel événement permettrait aussi d'améliorer les relations entre Pyongyang et Washington au moment où le dirigeant nord-coréen et le président américain Donald Trump cherchent à donner une suite à leur sommet historique de juin à Singapour, a-t-il jugé.

La rencontre devrait se tenir en janvier en février 2019.

Au sommet du G20 qui s'est achevé samedi à Buenos Aires, M. Trump s'est entretenu avec les présidents sud-coréen Moon et chinois Xi Jinping, dont le pays est un allié de la Corée du Nord.

Vendredi, lors dudit sommet, D. Trump s'est aussi entretenu avec son homologue sud-coréen Moon Jae-in.

"Je crois qu'on va le faire [.] en janvier ou février, je pense", a dit M. Trump aux journalistes qui voyageaient avec lui à bord d'Air Force One, de retour d'Argentine où il a participé au sommet du G20. "Nous nous entendons très bien".

Il a précisé que "trois endroits" étaient envisagés pour cette rencontre.

MM. Trump et Kim avaient engagé à Singapour, après plusieurs mois d'escalade belliqueuse, un dialogue visant à la dénucléarisation de la péninsule coréenne. "Il souhaite donc que le président Kim mette en oeuvre le reste de leur accord et alors il réalisera tout ce que le président Kim souhaite", a détaillé Moon Jae-in à l'agence de presse Yonhap.

Les responsables américains exigent une dénucléarisation complète, vérifiée et irréversible de la péninsule coréenne avant une levée des sanctions. Le secrétaire d'État Mike Pompeo devait rencontrer début novembre un haut dignitaire nord-coréen mais la réunion a été abruptement annulée, la Corée du Nord insistant sur un allégement des sanctions américaines à son encontre. Les deux hommes ont "réaffirmé leur engagement de parvenir à une dénucléarisation définitive et totalement vérifiée" de la Corée du Nord, a dit la porte-parole du président américain, Sarah Sanders.

Pyongyang, qui n'a jamais promis formellement de dénucléarisation unilatérale de son arsenal, souhaite que Washington et la communauté internationale lèvent rapidement une partie des sanctions qui paralysent son économie et fragilisent son pouvoir en échange de l'enclenchement, au cours de l'été, du démantèlement de deux de ses sites de tests de ses programmes balistique et nucléaire. Les perspectives d'un quatrième sommet entre MM.

Dernières nouvelles